Le Maroc doté d’une nouvelle zone militaire située à l’Est du royaume

Le Maroc se dote d’une nouvelle zone militaire, située à l’Est du royaume




C’est officiel. Le Royaume Maroc se dote d’une nouvelle zone militaire, située à l’Est du royaume au contact direct avec l’Algérie.

Son commandement a été confié au général de division Mohamed Miqdad.

Elle est la troisième du genre après celles du Nord et du Sud.

«Sur hautes instructions de Sa Majesté le Roi, chef suprême et chef d’Etat-major des Forces armées royales, le général de corps d’armée, Belkhir El Farouk, inspecteur général et commandant la Zone Sud, a présidé, le 5 janvier 2022 à Errachidia, la cérémonie d’investiture du commandant la Zone est», indique la revue des Forces Armées Royales dans son édition du mois de janvier.

«La nouvelle structure couronne en effet des efforts lancés, il y a plus de dix ans. Cela avait commencé par l’installation d’une caserne de chars à Debdou et la construction d’une base à Guercif, et d’une autre à Afsou près de Nador», indique une source sécuritaire.

«La présence des Forces armées royales (FAR) dans la zone Est sera renforcée dans les années à venir par la réalisation à l’aéroport El Araoui à Nador d’une base aérienne destinée à accueillir les avions de chasses (F-16 et Mirage 2000) ainsi que les drones. Une extension qui complètera celle prévue à l’aéroport Oujda-Angad», ajoute la même source.




Faire face à la menace algérienne

Cette politique de sécurisation de la frontière avec l’Algérie sera consolidée aussi par la construction d’une nouvelle caserne militaire à Jerada.

Le premier pas dans la réalisation de ce chantier avait été annoncé au Bulletin officiel, dans son édition du 21 mai 2020.

Il consistait en la publication d’un décret d’expropriation, au motif de l’ «intérêt public», d’un lot de terrain de plus de 23 hectares, situé dans la forêt «Ben Ali» relevant de la commune de Laaouinate, au profit de l’Administration de Défense Nationale.

Une annonce qui avait alors été condamnée par le pouvoir algérien. Le président Abdelmadjid Tebboune a estimé, en juillet 2020 dans des déclarations à un média français que «la construction de bases militaires [aux] frontières (de l’Algérie, ndlr) est une forme d’escalade qui doit s’arrêter».




Des journaux algériens avaient révélé que «les autorités supérieures du pays ont décidé, conformément au principe de réciprocité, de construire une base militaire stratégique dans un endroit proche de la base marocaine (Jerada), afin de protéger ses frontières et sa sécurité nationale des risques et menaces directs que constitue cette présence».

Une information qui n’a pas été confirmée officiellement par l’Algérie.

En revanche, en octobre 2021, son armée a déjà commencé les travaux d’extension de la base militaire de Tindouf en vue d’y accueillir des avions de chasse Sukhoi.

La création de la zone militaire Est des Forces Armées Royales devrait préoccuper aussi l’Espagne.

Des formations d’extrême gauche et d’extrême droite ont déjà alerté des conséquences du réarment du Royaume du Maroc sur la «sécurité de Ceuta et Melilla».