Prospection de gaz et pétrole: le groupe israélien NewMed Energy au Maroc

Prospection de gaz et pétrole: le groupe israélien NewMed Energy au Maroc




Les affaires entre le Royaume et Israël semblent aller bon train. Lundi dernier, le ministre de l’industrie Ryad Mezzour et la ministre israélienne de l’Économie et de l’Industrie Orna Barbivay, ont conclu des accords de coopération bilatérale en matière de normalisation et de réglementation entre les entités du secteur privé (organisations patronales, chambres de commerce, etc.) et en matière de recherche et développement (R&D) et d’innovation.

Le protocole d’accord a pour objectif également de faciliter et promouvoir les investissements et les échanges entre les deux pays dans les secteurs de l’Industrie 4.0 qui s’affirme comme la convergence de la conception numérique, de l’alimentation, de l’automobile, de l’aviation, du textile, des technologies de l’eau et des énergies renouvelables, des équipements médicaux et de l’industrie pharmaceutique.

Depuis le rétablissement des relations entre le Royaume du Maroc et Israël et la normalisation qui s’en est suivie, des accords de coopération dans divers domaines ont vu le jour et certains d’entre eux ont ouvert l’opportunité à des compagnies pétrolières israéliennes de prospecter du pétrole et du gaz, au large des côtes marocaines.




À cet égard, l’Office National des Hydrocarbures et des Mines du Maroc (ONHYM) avait signé en septembre dernier un accord avec la société Ratio Gibraltar, filiale de la compagnie pétrolière israélienne Ratio Petroleum.

Grâce à cet accord, cette dernière a obtenu une licence exclusive pour explorer le pétrole et le gaz au large de Dakhla (Bloc Dakhla Atlantique, d’une superficie d’environ 109 000 km2).

Une autre société israélienne opérant dans l’exploration est entrée dans la danse et ambitionne sérieusement le développement et la production de gaz naturel et pétrolier. On la connaissait en tant que Delek Drilling, désormais elle se présente sous un nouveau nom NewMed Energy.

Le groupe, qui exploite des gisements de gaz au large d’Israël et tâte également à l’hydrogène bleu et l’énergie renouvelable, a décidé de travailler sur des projets d’expansion et le Maroc est évidemment dans ses visées.

Le PDG de NewMed, Yossi Abu, a déclaré lors d’un point de presse tenu ce mardi 22 février que son groupe sera « une entité énergétique innovante et de premier plan qui maximisera la valeur des actifs de base existants et favorise des processus importants tels que l’expansion de Leviathan (champ gazier sur la Méditerranée près des côtes israéliennes) et le développement du réservoir d’Aphrodite (Chypre), parallèlement au lancement de l’exploration et production de gaz naturel dans d’autres pays du MENA ».




Dans cette dernière ambition exprimée par le PDG du groupe NewMed Energy, Yossi Abu, le groupe a identifié le Maroc comme « un pays avec un énorme potentiel géologique et commercial ».

Yossi Abu a également précisé que NewMed Energy était particulièrement intéressé par les zones côtières marocaines en Méditerranée et en Atlantique Nord. Aussi a-t-il sélectionné le Maroc comme zone de croissance.

Le secteur énergétique au Maroc est présenté également comme prépondérant au sens large et les investissements positifs dans les énergies renouvelables au Maroc ne sont pas du domaine de la fiction.

À cet effet donc, l’exploration est envisagée au large du Royaume, dans l’océan Atlantique et en Méditerranée.

Pour Israël, le Royaume du Maroc est une option d’investissement attrayante, compte tenu de sa stabilité géostratégique.

Cette annonce de NewMed Energy a été faite au lendemain de la signature à Rabat d’un accord de coopération économique entre le Maroc et Israël.

Dans la foulée de la reprise des relations donc, les compagnies pétrolières et gazières israéliennes se bousculent au portillon du Royaume avec pour ambition l’exploration pétrolière et gazière.




Israël, dans sa quête d’un prolongement géographique et financier qui profitent également à ses partenaires (Jordanie, Egypte, Chypre,…), est en train de poser un à un ses pions qui pour l’heure lui ont ouvert les rives de la Méditerranée et l’ont amené sur les rives côtières de l’Atlantique d’Afrique du Nord.

Par ailleurs, NewMed Energy transforme le gaz de l’offshore en hydrogène et le combinera avec le captage et le stockage local du carbone (CSC).

« NewMed Energy aspire à être un leader dans l’industrie des énergies alternatives, principalement la production d’hydrogène bleu à partir de gaz naturel, ainsi que la capture de carbone et l’entrée dans les énergies renouvelables.

Exactement comme Delek Drilling l’était, NewMed Energy continuera d’être un point d’ancrage énergétique clé dans la région, dans le but d’offrir à nos investisseurs à la fois un rendement de dividende stable et une croissance », a déclaré le PDG Yossi Abu.