De nouvelles révélations sur Mehdi Ben Barka ?

De nouvelles révélations sur Mehdi Ben Barka ?




Suite au démenti de Bachir Ben Barka, fils de Mehdi Ben Barka, chef de file du mouvement tiers-mondiste, le chercheur tchèque Jan Koura, professeur adjoint à l’Université Charles de Prague fait de nouvelles révélations sur le plus célèbre opposant aux rois Mohammed V et Hassan II.

De nouvelles révélations sur Mehdi Ben Barka. Selon le chercheur tchèque, auteur d’une étude réalisée sur la base d’archives déclassifiées des services secrets tchécoslovaques, la tâche la plus importante que le StB a confiée au chef de file du mouvement tiers-mondiste était « probablement celle d’espionner les dirigeants arabes lors de la visite du dirigeant soviétique Khrouchtchev en Égypte en mai 1964 ».

Ben Barka a « fourni tant d’informations précieuses dans les coulisses, qui ont été transmises au KGB [service de renseignements de l’URSS] via le résident tchécoslovaque au Caire, que le KGB lui-même l’a félicité pour cela », a déclaré à Middle East Eye Jan Koura.




Pour Bachir Ben Barka, fils de Mehdi Ben Barka, il s’agit de « pseudo-révélations fabriquées volontairement à charge ».

« Prague était le siège des organisations internationales progressistes [Fédération syndicale mondiale, Union internationale des étudiants, etc.], le passage obligé des responsables politiques des organisations internationales comme l’Organisation de solidarité des peuples afro-asiatiques [OSPAA], pour rejoindre certaines capitales africaines, asiatiques et Cuba », a-t-il défendu dans un communiqué.

« D’un point de vue purement pratique, leurs billets de voyage et de séjour étaient pris en charge soit directement par les trésoreries de ces organismes, soit sous-traités par les comités locaux de solidarité [par exemple, le comité tchécoslovaque], qui servaient de relais à l’aide financière internationale du camp socialiste », ajoute le fils de l’ancien opposant de Hassan II.

Aux yeux de l’historien tchèque, cet argument ne tient pas la route.




« Un résident tchécoslovaque au Caire lui a dit directement qu’il collecterait des informations pour le KGB et la même personne lui a alors remboursé l’achat de meubles pour son appartement au Caire », a-t-il ajouté.

Revenant sur la remise des récompenses, Jan Koura affirme qu’il s’agissait de « récompenses financières en diverses monnaies » remises à Mehdi Ben Barka « directement par des officiers du StB à Prague et dans d’autres pays ».

« La remise des récompenses est consignée dans les documents du StB ainsi que dans les tableaux récapitulatifs du dossier de Ben Barka que le StB a conservés avec la date, le montant et une brève justification.

Mehdi Ben Barka était très intelligent. Il ne pouvait penser que des diplomates ordinaires pouvaient lui donner de l’argent contre la remise de documents ou contre l’exécution de certaines tâches », insiste-t-il.

Et de conclure : le Marocain « savait pertinemment qu’il avait affaire à des agents du renseignement plutôt qu’à des attachés d’ambassade, qui, eux, ne rémunèrent pas pour ce type de missions ».