L’Algérie irritée par un rapport parlementaire français « en faveur » du Maroc

Des «éloges» mesurées d’un rapport parlementaire français envers le Maroc irritent l’Algérie




Nouvelle tension entre l’Algérie et la France.

En cause, les comparaisons qu’un rapport parlementaire français, sur «les enjeux de défense en Méditerranée», a établies entre Rabat et Alger.

Un exercice qui s’est conclu en faveur du Royaume du Maroc.

Comme ce fut le cas avec les observations de la Banque mondiale, l’APS s’est chargée de la riposte.

Dans un article intitulé : «Abdelmadjid Tebboune, un président sur tous les fronts», l’agence officielle de presse affirme que «l’économie algérienne s’est redressée», alors qu’en revanche, «36% des Français sont en difficulté financière et 20% sautent des repas».

Le rapport parlementaire a pointé une «instabilité politique en Algérie qui s’est couplée à une situation économique dégradée» et rappelé que le référendum du 1er novembre 2020 et les élections législatives du 12 juin 2021 «ont été marqués par une abstention massive et historique, signe d’une défiance politique majeure».




Quant au Royaume du Maroc, il est présenté dans le document comme «pôle de stabilité politique dans la région, comme l’a démontré le bon déroulement des élections législatives de septembre 2021» mais reste «en proie à des tensions persistantes».

Sans être complaisant, le rapport a relevé qu’au royaume «les tensions économiques et sociales perdurent, comme le démontrent le mouvement de mobilisation du « Hirak du Rif » en 2016 et 2017 ou encore les manifestations en 2018 à Jerada».

«Elles sont également illustrées par l’importante pression migratoire venant du Maroc, comme l’ont rappelé les évènements du 17 mai 2021, où des milliers de migrants (dont des mineurs non accompagnés) ont franchi les frontières de l’enclave espagnole de Ceuta», ajoute-t-il.