Pedro Sánchez accusé d’enliser le Maroc et l’Espagne dans la crise

Le Président du gouvernement d’Espagne Pedro Sánchez accusé d’enliser le Maroc et l’Espagne dans la crise




Le président du gouvernement espagnol Pedro Sánchez essuie des critiques de la part de certains hommes politiques et médias espagnols, après sa rencontre avec le leader du Polisario Brahim Ghali lors du sommet Union européenne-Union africaine.

Ceux-ci l’accusent d’enliser Rabat et Madrid dans la crise diplomatique.

Certains hommes politiques et médias espagnols voient d’un mauvais œil la rencontre entre Pedro Sánchez et le chef du groupe séparatiste armé Brahim Ghali.

Des membres du Parti populaire espagnol (PP) perçoivent cette rencontre comme une provocation de la part du chef du gouvernement espagnol qui gère mal la crise avec le Royaume du Maroc.




Après s’être interrogés sur son utilité, certains médias espagnols pensent que cette rencontre est une « initiative précipitée, sans aucun intérêt, qui ne fait que contribuer à aggraver davantage la crise entre l’Espagne et le Maroc », rapporte le journal arabophone Al Ahdath Al Maghribia.

Selon eux, cette rencontre “flagrante” confirme « l’état d’errance que traverse le gouvernement espagnol entre des déclarations qui augurent de la fin de la crise et des comportements qui l’enveniment ».

L’admission en avril 2021 du patron des milices séparatistes armées du « polisario » dans un hôpital de Logroño, non loin de Saragosse, sous le nom d’emprunt de Mohamed Ben Battouche, de nationalité algérienne, avait provoqué des tensions entre Madrid et Rabat.

Des tensions qui perdurent en 2022.