9 Marocains à la conquête de l’Everest

9 Marocains à la conquête de l’Everest




Neuf Marocains membres du groupe « Moroccan Expedition Team », se préparent à escalader en avril prochain le mont Everest, le plus haut sommet du monde avec 8 848 m.

Parmi eux se trouvent Adil Taibi, très connu dans le monde de l’Alpinisme et qui cumule plusieurs années d’expérience.

Baptisée Atlas 9, la mission du groupe Moroccan Expedition Team est de réussir un exploit sensationnel, hisser fièrement les couleurs nationales sur le toit du monde.

« Cinq Marocains ont déjà gravi l’Everest, mais il s’agit cette fois de la première équipe marocaine qui tente de conquérir le plus haut sommet du monde », a déclaré à la MAP, Adil Taibi, membre de la mission Atlas 9.

Pour Adil Taibi, le seul membre du groupe qui a gravi l’Everest en 2021 et qui veut rééditer son exploit, mais cette fois-ci en équipe, le but de cette mission est avant tout de faire connaître le Maroc et tout le potentiel dont il regorge sur le plan touristique.




« Il s’agit également de donner le bon exemple aux jeunes que les obstacles sont surtout dans nos têtes », estime cet ingénieur d’État qui compte à son actif plus de 50 sommets au Maroc et à l’étranger.

Originaire de kénitra, le jeune alpiniste pense que gravir l’Everest ne sera pas aussi facile parce que cela demande de longs préparatifs physiques et psychologiques mais aussi financiers.

Conquérir l’Everest, selon Adil, c’est également « pouvoir faire face aux différents challenges dont les températures glaciales, les avalanches spontanées, le manque d’oxygène, la nourriture lyophilisée et bien d’autres ».

Le jeune alpiniste a connu de très bons moments et espère qu’il en sera de même avec l’Everest.

« L’année dernière était spéciale. Au début, j’ai dû surmonter l’obstacle de la langue avec des sherpas, ces guides népalais de haute montagne, qui ne maîtrisent pas l’anglais ».




L’ascension de l’Everest connaît chaque année des incidents mortels, ce qui requiert des aventuriers de respecter strictement les mesures de sécurité et de précaution, assure Adil.

« La souffrance de quelques jours fait la réussite d’une vie », estime l’alpiniste qui entend porter haut le drapeau marocain sur les sommets les plus hauts du monde.

En plus d’Adil Taibi, le groupe est composé sept autres hommes et une femme, tous déterminés à atteindre le sommet de la planète.

Il s’agit de Seloua Bouhlal, médecin urgentiste et alpiniste, Ayoub Koutar, un ingénieur qui a créé la plateforme « Outdooors » visant à développer le sport au Maroc, et Anass Errihani, un photographe professionnel.

Il y a également Nabil Gayl, le premier Marocain à mobilité réduite qui a réussi l’exploit de gravir le Kilimandjaro (5 895 m), le plus haut sommet d’Afrique.