L’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants salue les efforts du Maroc

L’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants salue les efforts du Maroc




L’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants (OICS), une instance des Nations unies, a salué les efforts consentis par le Royaume du Maroc dans la lutte contre le trafic de drogue et le blanchiment d’argent.

Dans son rapport 2021, l’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants a mis en avant les efforts que fournit le Royaume du Maroc dans la lutte contre le crime organisé, le blanchiment d’argent, le trafic de drogue et dans le traitement de la toxicomanie pendant la pandémie de Covid-19.

En 2020, les autorités marocaines ont saisi plus de 450 tonnes de cannabis.

Aussi, ont-elles procédé à la saisie de plus de 1,3 tonne de cocaïne au port de Tanger Med en octobre 2021 et de deux cargaisons de cocaïne de 460 kilogrammes en provenance du Brésil et de 1 539 kilogrammes en provenance de Colombie en janvier 2021, précise le rapport.




L’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants félicite par ailleurs le Royaume du Maroc pour le vote de la loi 13.21 relative à la légalisation de son usage licite à des fins médicales et industrielles.

L’argent généré par le trafic des drogues est blanchi via l’acquisition de biens immobiliers, de véhicules et de bijoux. Fort de ce constat, le Royaume du Maroc a renforcé son arsenal juridique.

« Le Maroc a renforcé son régime de lutte contre le blanchiment d’argent grâce à la coordination et au renforcement des capacités », ainsi qu’en adoptant « une évaluation nationale des risques et en institutionnalisant un comité national pour coordonner la lutte contre le blanchiment d’argent du pays ».




C’est ce qu’a fait savoir l’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants.

Grâce à l’augmentation des enquêtes sur le blanchiment d’argent, les affaires pénales de blanchiment d’argent ont atteint 193 en 2020 contre 30 en 2019.

S’agissant du traitement de la toxicomanie pendant la pandémie de Covid-19, l’organisation onusienne fait savoir que le royaume fournissait des services de télé-médecine.

Le ministère de la Santé a également lancé un module d’apprentissage en ligne sur la prévention de l’usage de drogues au profit des ONG et des professionnels de la santé, ainsi qu’un centre pilote pour les personnes incarcérées.

Quatre autres centres devraient ouvrir dans différentes régions marocaines, indique le rapport.