Un Général espagnol pense que l’Espagne tourne le dos au Maroc

Un Général espagnol pense que l’Espagne tourne le dos au Maroc




Le Général Fernando Alejandre Martínez, ancien chef d’état-major des armées, estime que le Royaume du Maroc ne représente pas actuellement une menace directe pour l’Espagne et dénonce la politique du gouvernement espagnol qui consiste à « tourner le dos au Maroc ».

« Je ne pense pas que le Maroc soit une menace directe pour l’Espagne aujourd’hui.

Ce que je crois, c’est que l’Espagne tourne le dos au Royaume du Maroc, ce qui me surprend beaucoup, car nous sommes le seul pays européen à partager des frontières avec lui.

Si j’étais Marocain, je serais outré contre les Espagnols parce qu’ils ne me prêtent aucune attention… », a déclaré le Général Fernando Alejandre Martínez, ancien chef d’état-major des armées espagnoles, dans un entretien à The Objective à l’occasion du lancement de son livre titré « Rey servido y patria honrada ».




Pour l’ancien chef d’état-major des armées (2017-2020), il faut en revanche s’inquiéter de la revendication du Royaume du Maroc sur les villes autonomes de Ceuta et Melilla, même s’il estime que le Royaume du Maroc n’irait pas jusqu’à ouvrir un conflit armé.

« Que le conflit se produise demain, j’en doute, mais il faut être prêt pour le jour où ça arrivera », a-t-il conseillé.

L’expert militaire aborde aussi dans son ouvrage la question de la « politisation » des Forces armées, soulignant que la Défense nationale doit être « un engagement de tous les Espagnols ».

Le Général Fernando Alejandre Martínez déplore par ailleurs la perte du patriotisme dans la société espagnole en raison notamment du fait que l’Espagne a passé 200 ans sans connaître aucune menace extérieure.

Selon une étude sociologique, quatre Espagnols sur dix seraient prêts à défendre leur nation, explique Fernando Alejandre Martínez.