L’armée algérienne bombe le torse à la frontière avec le Maroc

L’armée algérienne bombe le torse à la frontière avec le Maroc




L’Armée nationale populaire (ANP) s’apprête à lancer de vastes manœuvres militaires près de la frontière du Royaume du Maroc.

Cette décision qui émane du haut conseil de sécurité algérien fait suite à la création par les Forces armées royales (FAR) d’une nouvelle zone militaire dans la région orientale, à l’Est du pays.

L’Algérie cherche-t-elle à démontrer la « capacité et l’opérationnalité de son armée » au Royaume du Maroc ?

Samedi, le haut conseil de sécurité algérien a ordonné le lancement des manœuvres militaires d’envergure près de la frontière marocaine, rapporte le site espagnol Okdiaro, sans toutefois fournir de précisions sur la date.

Il s’agit d’exercices militaires, qui seront effectués à munitions réelles dans les deuxième et troisième régions militaires avec la participation d’importantes forces terrestres, aériennes et maritimes.




Les forces de l’Armée nationale populaire algérienne devront utiliser, au cours de ces manœuvres, de nouvelles armes fournies par la Russie, l’un de ses principaux alliés.

Ces manœuvres seront d’une ampleur jamais égalée près de la frontière avec le royaume, commente la presse algérienne.

De son côté, l’armée espagnole a décrété l’état d’alerte dans les villes de Sebta et Melilla en raison des relations tendues entre le Maroc et l’Algérie, fait-on savoir.

L’annonce de ces entrainements militaires fait suite à la création par les Forces armées royales (FAR) d’une nouvelle zone militaire dans la région orientale, à l’Est du pays, dirigée par le général de division Mohammed Miqdad, un officier possédant une riche expérience de la conduite des opérations militaires.

Le Maroc avait justifié la création de cette troisième zone militaire par le souci de lutter contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, mais le régime algérien y voit un acte hostile.