La CAN de Handball au Maroc reportée à cause de l’Algérie

L’Algérie derrière le nouveau report de la CAN de Handball au Maroc




La Confédération africaine de handball (CAHB) a reporté une fois de plus la 25ᵉ Coupe d’Afrique des Nations seniors hommes qui se déroulera en partie à Laâyoune, une ville du Sahara marocain.

Au-delà des raisons évoquées pour justifier ce nouveau report, on y voit derrière cette décision le lobby algérien.

Après un deuxième report, la 25ᵉ édition de la Coupe d’Afrique des nations de handball est reprogrammée pour la période du 11 au 18 juillet 2022, a annoncé la Confédération africaine de handball dans un communiqué diffusé mardi 15 mars.

L’instance justifie ce nouveau report par la concomitance de la compétition avec les Jeux méditerranéens que la ville d’Oran organise du 25 juin au 5 juillet, la demande conjointe du Comité international des Jeux méditerranéens et l’intervention de la Fédération internationale de handball (FIH). Ces raisons sont loin de convaincre.




L’Algérie est à l’origine de ce nouveau report, fait savoir TelQuel qui affirme que le voisin de l’Est est bien introduit au siège de la Confédération africaine de handball basée à Abidjan en Côte d’Ivoire.

La publication avance que Mohamed Aziz Derouaz, commissaire des Jeux méditerranéens, avait, en février dernier, introduit « une requête auprès de l’instance dirigeante du handball africain pour le presser de changer la date de la tenue de la CAN de handball ».

Le report du championnat arabe des clubs, prévu le mois prochain du 1ᵉʳ au 11 mars 2022 à Arzew et Oran, auquel peu de clubs avaient confirmé leur participation est « une autre preuve du complot fomenté contre le hand algérien », estime-t-il, faisant ainsi référence à « une volonté supposée du Maroc d’écarter les Fennecs de la CAN de handball en l’organisant au Sahara ».

L’Algérie avait entre-temps boycotté la compétition parce qu’elle devra être organisée en partie à Laâyoune. Un choix qui n’est toujours pas du goût du voisin de l’Est, protectrice du mouvement indépendantiste, le Polisario.