Vacances au Maroc: les professionnels veulent la fin de tests PCR

Vacances au Maroc: les professionnels veulent la fin de tests PCR




Malgré le regain d’activités dans le secteur du tourisme observé depuis la réouverture des frontières, les chiffres n’ont pas encore atteint le niveau d’avant la crise sanitaire.

Pour y arriver, les professionnels demandent la suspension des tests PCR dans les aéroports. Fortement touché par la pandémie du Covid-19, le tourisme marocain renait, surtout après la reprise des vols et l’allègement des mesures restrictives.

Selon les chiffres officiels, les aéroports ont accueilli 660 045 passagers et 5714 vols (départs et arrivées) du 7 au 28 février dernier.

Cette performance a été rendue possible grâce aux stratégies mises en place par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) qui a multiplié ces dernières semaines les rencontres avec tous les opérateurs, pour les convaincre de reprendre leurs dessertes vers le Maroc, rapporte Maroc Hebdo.




Pour leurs parts, les professionnels ont retrouvé le sourire, appelant à poursuivre la dynamique.

« On espère une importante hausse des arrivées entre le 15 et le 22 avril prochains, en particulier la venue de touristes israéliens durant les fêtes de Pâques », a déclaré Abdellatif Abouricha, chargé de communication du Conseil régional du tourisme de Marrakech, ajoutant qu’« il faudra attendre au moins un an pour revenir à la capacité aérienne de 2019. »

Pour l’heure, il est urgent de suspendre les tests PCR aux voyageurs, ont demandé les professionnels, pour accroitre les performances.

« Sans cette obligation, on pouvait atteindre un taux d’occupation hôtelier de 80%, mais vu contexte actuel, notre secteur devrait réaliser au mieux 40% à la fin des prochaines vacances de Pâques », révèle l’un d’entre eux basé à Marrakech.