Vox exige la reconnaissance du Maroc de «l’espagnolité de Ceuta et Melilla»

Vox exige la reconnaissance du Maroc de «l’espagnolité de Ceuta et Melilla» avant l’ouverture des frontières




Vox s’oppose à la réouverture des frontières terrestres avec le Royaume du Maroc, fermées depuis mars 2020.

La formation politique espagnole d’extrême droite exige au préalable que le Royaume du Maroc reconnaisse «officiellement et internationalement la souveraineté de l’Espagne sur Ceuta, Melilla, les îlots (en Méditerranée) et les Îles Canaries».

Une exigence portée par le président de Vox à Ceuta, Juan Sergio Redondo lors d’un point de presse.

Parallèlement à cette sortie médiatique, le porte-parole adjoint du parti d’extrême droite Vox au sein de la Commission mixte (composée de députés et sénateurs) pour l’Union européenne, José María Sanchez, a voulu savoir si le gouvernement central a négocié avec le Royaume du Maroc un quelconque arrangement concernant les deux villes.




Le parti politique espagnol d’extrême droite Vox souhaite, par ailleurs, connaitre si l’exécutif dirigé par Pedro Sánchez a sollicité une aide de l’Union européenne afin d’«assurer la sécurité des frontières de Ceuta et Melilla» face aux menaces de Rabat.

Dans les deux présides occupés, la majorité des forces politiques se félicitent de la «nouvelle étape» qui s’ouvre dans les relations entre le Royaume du Maroc et l’Espagne, annoncée dans le sillage du soutien du président du gouvernement espagnol Pedro Sánchez à l’initiative marocaine prévoyant d’accorder une autonomie au Sahara occidental sous souveraineté marocaine.