Maroc-Espagne: la coopération maritime au cœur de la nouvelle feuille de route

Maroc – Espagne : la coopération maritime au cœur de la nouvelle feuille de route




La déclaration conjointe adoptée au termes des discussions entre SM le Roi Mohammed VI et le Président du gouvernement espagnol, Perdo Sanchez, consolide la volonté des deux Royaumes d’établir une feuille de route durable et ambitieuse dans le cadre d’une nouvelle étape dans les relations bilatérales.

Parmi les mesures phares comprises dans cette nouvelle feuille de route figure le rétablissement immédiat des liaisons maritimes de passagers entre les deux pays. La nouvelle feuille de route consacre, entre autres, le rôle important de la coopération maritime dans la dynamisation des échanges entre les deux pays, à travers l’adoption immédiate ou progressive d’un certain nombre de mesures qui favorisent cette coopération.




Ceci tant au niveau de la circulation des biens et des personnes qu’à la délimitation des espaces maritimes dans la façade atlantique. Ainsi, parmi les éléments compris dans cette nouvelle feuille de route, l’on peut lire que « la pleine normalisation de la circulation des personnes et des marchandises sera rétablie de façon ordonnée, y compris des dispositifs appropriés de contrôle douanier et des personnes au niveau terrestre et maritime ».

Dans ce sens, la déclaration conjointe informe du rétablissement immédiat et de façon graduelle des liaisons maritimes de passagers entre les deux pays jusqu’à l’ouverture de l’ensemble des fréquences. Les préparatifs pour l’opération Paso del Estrecho/Marhaba seront entamés dans cette même perspective, peut-on également lire.




La nouvelle feuille de route prévoit aussi que « le groupe de travail sur la délimitation des espaces maritimes dans la façade atlantique sera réactivé, dans l’objectif de réaliser des avancées concrètes ».

Pour rappel, cette nouvelle feuille de route comprend 16 points clés, à leur tête la reconnaissance par l’Espagne de l’importance de la question du Sahara marocain pour le Royaume du Maroc, sa position vis-à-vis de l’initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution de ce différend artificiel, et le traitement des sujets d’intérêt commun dans un esprit de confiance, dans la concertation, loin des actes unilatéraux ou des faits qui ont été accomplis.