Reprise imminente des liaisons maritimes entre l’Espagne et le Maroc

Reprise imminente des liaisons maritimes entre l’Espagne et le Maroc




L’Autorité portuaire de la baie d’Algésiras (APBA) a prévu d’échanger ce lundi avec les compagnies maritimes, les représentants de la marine marchande marocaine et des ports de l’État, pour convenir de la date exacte de la reprise des liaisons maritimes avec le Royaume du Maroc. La réunion vise à finaliser la logistique pour la reprise du trafic maritime de passagers, après que la Marine marchande marocaine a autorisé vendredi toutes les compagnies maritimes reliant les ports marocains (Tanger Med, Tanger Ville, Nador et Al Hoceïma) aux ports espagnols à reprendre leur activité, paralysée depuis mars 2020.




« Le personnel de contrôle des billets, le personnel de vente, toute la structure de la gare maritime est depuis deux ans au chômage technique », ont indiqué des sources proches de l’Autorité portuaire de la baie d’Algésiras, précisant que la reprise de l’activité portuaire n’est pas facile. Les compagnies maritimes, quant à elles, seront prêtes d’ici 48 heures. C’est ce qu’a assuré le directeur d’une compagnie maritime qui a requis l’anonymat. Le directeur de compagnie maritime a ajouté que des voyageurs pourront se rendre au Royaume du Maroc cette semaine depuis l’Espagne, depuis la France et depuis l’Italie.




Ces voyageurs à destination du Royaume du Maroc sont tenus de respecter le protocole sanitaire mis en place par les autorités marocaines à savoir, la présentation d’un carnet de vaccination comportant les trois doses, ou seulement deux doses si la seconde a été inoculée il y a moins de quatre mois ; ou un test PCR datant de moins de 72 heures. La reprise des liaisons maritimes va également faciliter le retour des Marocains arrivés en masse en Espagne, et notamment aux îles Canaries. Environ 80 d’entre eux étaient convoyés chaque semaine vers Laâyoune sur des vols au départ de Gran Canaria. Deux vols supplémentaires vers Casablanca et Agadir seront organisés pour accélérer le retour de ces migrants au Royaume du Maroc.