Rabat: une caméra cachée envoie 2 personnes en prison

Rabat : une caméra cachée envoie deux personnes en prison




Le quartier de l’océan à Rabat est au cœur d’une affaire de sextape, d’exploitation et de mendicité. La victime est une femme âgée de 85 ans, exploitée par sa femme de ménage et l’amant de cette dernière. Selon le quotidien arabophone Assabah, les deux amants ont profité de l’âge avancé de la victime et du fait qu’elle vit seule pour l’exploiter à des fins ignobles. Sa fille ayant immigré en Europe, avait embauché la femme de ménage pour s’occuper de sa mère qui souffre de maladies chroniques. Mais au cours de l’une de ses visites au Maroc, elle a constaté que sa mère manquait de tout.




Ceci malgré tout l’argent qu’elle envoyait pour subvenir à tous ses besoins et qui servait également à payer le salaire de la femme de ménage. Pire encore, elle a constaté la disparition de nombreux objets de valeur. C’est ainsi qu’elle entreprend d’installer des caméras avant de retourner en Europe, sans mettre sa mère, encore moins la femme de ménage dans la confidence. Revenue au Maroc avant le début du mois de ramadan, elle a visionné les enregistrements des caméras et découvre l’insoutenable. Des images montrant la femme de ménage en plein acte sexuel avec un inconnu.




Consternée, elle porte plainte contre cette dernière auprès du parquet général afin d’ouvrir une enquête judiciaire. Les investigations de la police ont également prouvé que les deux amants emmenaient la vieille dame dans une chaise roulante au cimetière des chouhadas à Rabat, la forçant à demander l’aumône. La femme de ménage a été arrêtée et déférée devant le juge d’instruction qui l’a poursuivie pour traite d’être humain. Elle a été placée en détention préventive dans la prison El Arja de Salé tandis que son amant est activement recherché par la police.