Maroc-Espagne: la coopération policière a été maintenue pendant la crise

Maroc-Espagne : la coopération policière a été maintenue pendant la crise




La longue et grave crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc, qui a pris fin il y a quelques semaines après le changement de position de l’Espagne sur le Sahara et la visite de Pedro Sanchez à Rabat, n’a pas empêché les ministres de l’Intérieur des deux pays de collaborer au quotidien pour lutter contre le terrorisme et le trafic de drogue.

Le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska, et son homologue marocain, Abdelouafi Laftit, ont maintenu le contact et le dialogue au quotidien durant la crise.

Des sources gouvernementales espagnoles ont confirmé à El Periódico de España que les deux responsables ainsi que leurs équipes respectives ont régulièrement échangé et autant de fois que nécessaire.

La « collaboration policière » entre les deux pays n’a jamais été rompue. Bien au contraire, elle a maintenu le même niveau d’intensité, assurent-elles.




Même après l’arrivée en Espagne du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, et la crise migratoire de Ceuta qui s’en est suivie, le ministre espagnol était le seul de l’Exécutif espagnol à continuer à échanger avec son homologue marocain.

Depuis sa prise de fonction en 2018, Marlaska a déjà eu 14 rencontres avec Laftit. Cette communication permanente avec le Maroc est fondamentale pour l’Espagne et l’Europe pour faire face au terrorisme djihadiste.

Dans une lettre adressée au roi Mohammed VI en date du 14 mars, Pedro Sanchez a exprimé le soutien de l’Espagne au plan marocain d’autonomie du Sahara, considéré comme « la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre le conflit ».

Le 7 avril, il a effectué une visite à Rabat, laquelle marque le début d’une « nouvelle étape » dans la relation entre les deux pays, basée sur la transparence et le respect mutuel.