L’Espagne donne près de 6 millions d’euros chaque année aux leaders du Polisario

L’Espagne dépense près de 6 millions d’euros chaque année pour les pensions des leaders du Polisario




Le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf (Forsatin) a révélé, samedi, que l’Espagne dépense près de 6 millions d’euros chaque année pour les pensions des leaders du Polisario.

Dans un post sur sa page Facebook, le forum a expliqué que le montant est dépensé pour les sahraouis ayant servi dans les forces terrestres, les gardes-frontières et la police espagnole avant la décolonisation du Sahara et étaient inscrits comme retraités dans les rangs des forces armées.

«Après la Marche verte, certains d’entre eux ont rejoint le Front Polisario, et le Polisario a emprisonné la majorité d’entre eux à ce moment-là, par peur d’eux et doutant de leur loyauté.

On sait que le Polisario a exploité politiquement leurs dossiers, et a échangé leurs documents.




Ils étaient vendus par ses représentants en Espagne à des étrangers pour d’énormes sommes d’argent», poursuit la même source, expliquant que ces étrangers présentaient ces documents aux autorités espagnoles pour se faire passer en tant qu’enfants de ces soldats et obtenir ainsi la nationalité espagnole.

Toutefois, il y a deux ans, l’Espagne a décidé de fusionner les pensions de toutes sortes, sous la bannière du ministère de l’Intégration, de la Sécurité sociale et de l’Immigration.

Une décision qui n’a pas concerné les pensions liées aux Sahraouis, restées sous le commandement du ministère de la Défense.

«Cela a été considéré par les observateurs comme une décision souveraine de maintenir ces subventions comme une rente politique pour assurer les intérêts espagnols.




Mais aussi pour faire taire certaines voix défendant le Polisario de l’intérieur», rappelle Forsatin.

Ce dernier dit aussi que «l’Espagne pourrait aussi officiellement abandonner le dossier du Sahara en général, car isoler le dossier des retraites des sahraouis du reste des dossiers est un signe de se débarrasser de cet héritage lourd et coûteux de la question du Sahara».

Pour le forum, les dirigeants du Front Polisario «réclament l’établissement d’un État fictif, tout en survivant grâce aux pensions et aux aumônes», alors que les documents de ces pensions «leur facilitent l’accès aux documents espagnols, aux soins médicaux en Espagne et aux déplacements dans toute l’Europe».

Elles sont au total 1 102 personnes concernées ayant reçu du Trésor espagnol un total de 5 millions et 800 031 euros en 2021.