Maroc: les ports de Mohammédia et Nador accueilleront des unités de GNL

Maroc: les ports de Mohammédia et Nador accueilleront des unités de Gaz Naturel Liquéfié




Le Royaume du Maroc aspire à asseoir une infrastructure gazière digne du 21ème siècle, a affirmé la ministre de la Transition énergétique et du développement durable, Mme Leïla Benali.





Lors d’un échange avec des médias nationaux, tenu récemment, Mme Leïla Benali a affirmé que cette infrastructure gazière qui comprend des gazoducs, des ports et des unités de stockage et de re-gazéification ne permettra pas uniquement de garantir une énergie compétitive au secteur de l’électricité mais également au secteur industriel qui peine à avoir accès au gaz naturel aujourd’hui.

La ministre de la Transition énergétique et du développement durable a également insisté sur l’importance de la construction d’unités de re-gazéification, faisant savoir que la réalisation de la souveraineté énergétique en matière de gaz naturel passe par la transformation du gaz naturel liquéfié (GNL) qui doit se faire sur le territoire national et l’espace maritime marocain, qu’elle soit au niveau d’une centrale flottante ou d’un terminal terrestre.




La ministre de la Transition énergétique et du développement durable a appelé les industriels à procéder à leurs calculs économiques et financiers pour statuer sur la solution la plus immédiate, notant que, selon l’ANP, les ports qui sont prêts relativement pour recevoir le gaz naturel liquéfié sont le port de Mohammédia et le port de Nador.

Mme Leïla Benali a aussi souligné la nécessité de ne pas se borner à un port et de préparer d’autres sur les 3500 kilomètres de côtes dont celui du Jorf, un centre industriel, de Tanger et de Dakhla qui a vocation à devenir une région industrielle verte.

On peut préparer quatre ports pas uniquement pour recevoir du gaz naturel mais également pour rendre possible, parallèlement, un développement intégré de la ville et de la région, a-t-elle poursuivi.

Le gaz naturel liquéfié a des normes de sécurité particulières, a-t-elle expliqué.




Elle a appelé à accorder aux autorités compétentes le temps qu’il faut pour mener des études à ce sujet.

Le Maroc est appelé aussi à devenir leader en hydrogène compétitif, a encore dit Mme Leïla Benali, insistant sur l’importance de l’infrastructure gazière du 21ème siècle qui puisse nous permettre de mixer de l’hydrogène à l’instar des pays qui mixent dans des gazoducs existants 30% d’hydrogène.

Évoquant le retard relatif que connaissent les projets Tendrara et Larache, la ministre de la Transition énergétique et du développement durable a dit préférer qu’ils fassent partie de cette infrastructure gazière du 21-ème siècle.

« J’espère bien que tous ces projets puissent justifier leur durabilité économique », a-t-elle dit, formant le vœu également que ces projets puissent de développer de manière durable.