Maroc: polémique sur une série pleine de fausses infos déformant les vérités historiques

Maroc: polémique sur une série pleine de fausses informations déformant les vérités historiques




La nouvelle série, Fath al Andalous (La conquête d’Al Andalous), dont le premier épisode a été diffusé sur la télévision nationale marocaine au début de ce mois de Ramadan, fait polémique.

Elle semble remettre en cause l’origine marocaine de Ceuta, ce qui a indigné des Marocains qui ont saisi le tribunal de Rabat pour demander la suspension de la diffusion.

La série est diffusée sur la première chaîne publique marocaine Al Oula tous les jours à 18h00, une heure avant l’Iftar (repas de rupture du jeûne).

« Elle contient de fausses informations qui déforment les vérités historiques, ce qui va troubler les connaissances de nombreux Marocains qui vont la considérer comme une référence historique.

L’histoire a été racontée du point de vue du Moyen-Orient », déplore le militant berbère, Rachid Bouhaddouz.




Il a saisi le tribunal de première instance de Rabat pour demander la suspension immédiate de la diffusion de la série.

La première audience qui s’est tenue mercredi dernier, n’a pas été utile.

Une nouvelle audience aura lieu le 20 avril prochain pour permettre à la SNRT de préparer sa défense, fait savoir 20minutos.

Pour l’activiste marocain, l’une des inexactitudes historiques contenues dans la série, concerne la remise en cause de l’origine marocaine de Ceuta.

La série présente le gouverneur de la ville de l’époque, Yulyan ou Don Julián, comme un Goth espagnol, alors qu’il « est un Maure (berbère) marocain de religion chrétienne qui régnait sur Ceuta », explique le militant berbère, Rachid Bouhaddouz.

Composée de 30 épisodes, la série retrace la conquête arabe de l’Espagne à l’époque du califat omeyyade au VIIIe siècle.




Ceci sans oublier le rôle joué par les Amazighs (Berbères) dans ces événements historiques.

Elle raconte principalement l’histoire de Tarik Ibn Ziyad, le chef militaire qui commença l’expédition musulmane d’Al Andalous au printemps 711, affronta le roi Rodrigo et mit fin au royaume wisigoth dans la péninsule.

La série qui a été écrite par un groupe de scénaristes syriens, a été tournée entre le Liban et la Turquie, et produite et réalisée par le réalisateur koweïtien, Mohamed Sami Alenezi.

Sa diffusion a suscité l’indignation de nombreux Marocains sur les réseaux sociaux, qui dénoncent l’image humiliante que présente la série des Marocains de l’époque, vus comme « des esclaves et des serviteurs » des Arabes.

La série tente de « diaboliser les Marocains et les Espagnols » et de montrer les Arabes comme « les bons », dénonce le militant berbère, Rachid Bouhaddouz.