Tarfaya: l’exploration pétrolière pourrait générer 100 milliards d’euros au Maroc

L’exploration pétrolière à Tarfaya pourrait générer 100 milliards d’euros au Maroc




Le Royaume du Maroc pourrait gagner plus de 100 milliards d’euros, soit l’équivalent de son Produit intérieur brut (PIB) actuel, dans l’exploration pétrolière à Tarfaya, près des îles Canaries. Le Royaume du Maroc a annoncé avoir trouvé du pétrole au large de Tarfaya et d’Ifni, près des îles Canaries. La directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, a déclaré la semaine dernière, devant la Chambre des représentants, que du pétrole ou du gaz a été découvert dans 40 sur les 67 puits forés entre 2000 et 2022 dans cette zone. À cela s’ajoute la découverte de pétrole par la société britannique Europa Oil & Gas dans la région d’Agadir, fait savoir La Razon.




Tous ces puits de pétrole ont une valeur de plus de 100 milliards d’euros, soit l’équivalent du PIB marocain. Une bonne nouvelle qui a conduit le Royaume du Maroc à accélérer l’exploration pétrolière près des îles Canaries, sans même achever de clarifier la situation au niveau des eaux territoriales avec l’Espagne. Europa Oil & Gas a été autorisée par le gouvernement marocain à explorer depuis fin 2019 et sa licence a une durée de 25 ans. La société britannique détient 75% de ce projet et les 25% restants reviennent à l’Office national des hydrocarbures et des mines. La société italienne Eni a quant à elle obtenu sa licence d’exploration à Tarfaya, Sidi Ifni et Tan Tan depuis 2017.




Elle a été autorisée à forer sur 23 900 kilomètres carrés, jusqu’à 1 000 mètres de profondeur. Sur les sept puits réalisés au cours des deux dernières décennies, trois ont été forés en eaux peu profondes dont deux, proches des îles de Lanzarote et de Fuerteventura, ont révélé la présence de pétrole. Le président des îles Canaries, Ángel Víctor Torres, a alerté mercredi sur l’intention du Royaume du Maroc de reprendre l’exploration pétrolière près des îles Canaries, et a invité le président Pedro Sanchez à entamer rapidement les négociations avec le Royaume du Maroc pour délimiter les eaux territoriales entre les deux pays, dans le respect du droit international.