Vox continue d’exiger l’entrée de Sebta et Melilla dans l’OTAN

Vox continue d’exiger l’entrée de Sebta et Melilla dans l’OTAN




Vox continue d’exiger l’entrée de Sebta et Melilla dans l’OTAN, car elle ne fait pas confiance au Royaume du Maroc, malgré le rétablissement des relations diplomatiques avec l’Espagne et la reprise de la coopération entre les deux pays.

Le parti d’extrême droit reste méfiant envers le Maroc, raison pour laquelle il insiste pour demander l’inclusion de Ceuta et Melilla dans l’OTAN. En mars dernier, Vox a interpelé l’Exécutif espagnol pour savoir si tous les pays membres de l’OTAN ont été informés de l’atteinte à l’intégrité territoriale que subit constamment l’Espagne avec les invasions de migrants dans les villes autonomes, fait savoir Ceuta Al Dia.

Pour la députée Vox de Ceuta, Teresa López, le Royaume du Maroc utilise l’immigration clandestine pour « faire pression sur l’Espagne afin qu’elle agisse en faveur de ses intérêts ».




La parlementaire considère que la menace du Maroc est constante, et a rappelé qu’il revient au gouvernement espagnol, en tant que membre de l’OTAN, de consulter les nations alliées « lorsque l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties est menacée ».

En n’informant pas l’OTAN de la situation subie par les deux villes, l’Espagne, non seulement cautionne ces invasions de migrants, mais aussi les encourage, soutient le parti d’extrême droite qui a demandé à l’Exécutif les raisons pour lesquelles il n’a pas informé l’OTAN de la situation. En réponse, le gouvernement a indiqué qu’un amendement au traité de l’OTAN « n’est pas à l’ordre du jour ».

« Avec cette réponse concise mais claire du gouvernement, il ne fait plus aucun doute que Pedro Sanchez ne veut pas inclure Ceuta et Melilla dans l’OTAN », a conclu le parti Vox, précisant que cette réponse du gouvernement est une preuve supplémentaire de sa « soumission » au Royaume du Maroc.