Engrais: le Maroc va-t-il surclasser la Russie ?

Engrais : le Maroc va-t-il surclasser la Russie ?




Le Maroc pourrait surclasser la Russie contre qui des sanctions européennes ont été prises en matière d’exportations d’engrais.

Pour preuve, la guerre russo-ukrainienne produit un impact négatif sur le géant russe des engrais phosphatés PhosAgro, le plus grand concurrent du groupe OCP, à l’Est.

L’Office Chérifien des phosphates (OCP) va-t-il vaincre la concurrence ?

Alors que la hausse des prix des engrais vitaux provoque de l’incertitude chez les agriculteurs et les gouvernements, elle pourrait probablement entraîner un boom à long terme pour l’industrie marocaine des phosphates et des engrais, analyse Morocco World News.

L’Office Chérifien des phosphates a d’ailleurs annoncé son ambition d’augmenter sa production de 10 % cette année.




Ceci afin de répondre à la demande mondiale sans cesse croissante d’engrais provoqué par la guerre russo-ukrainienne.

Il est question d’atteindre les 11,9 millions de tonnes cette année contre 10,8 millions de tonnes un an auparavant.

Depuis le déclenchement de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Occident a pris des sanctions économiques contre le pays de Vladimir Poutine.

Ces sanctions affectent le géant russe des engrais phosphatés PhosAgro, le plus grand concurrent du groupe OCP à l’Est, dont la part du marché pourrait s’amenuiser dans les années à venir.

Cette situation pourrait donc profiter à l’Office Chérifien des phosphates, qui prévoit en outre d’augmenter la production de 3 millions de tonnes supplémentaires en 2023.