Les États-Unis derrière le changement de position de l’Espagne sur le Sahara marocain

Les États-Unis derrière le changement de position de l’Espagne sur le Sahara marocain




La décision du gouvernement espagnol de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara aurait été soufflée par les États-Unis, un partenaire historique et privilégié du Maroc.

Le Maroc a renforcé sa position de leader en Afrique du Nord et dans le reste du monde arabe, après avoir signé en 2020 les accords d’Abraham sous l’égide des États-Unis, lesquels ont conduit à la normalisation des relations entre Israël, Bahreïn et les Émirats arabes unis.

Le Maroc entretient des liens historiques avec les États-Unis qui l’ont convaincu de signer ces accords en échange de la reconnaissance de sa souveraineté sur le Sahara.

Le Maroc avait menacé en 2016 les Américains de céder une base militaire à la Russie dans l’Atlantique si ses revendications sur le Sahara n’étaient pas satisfaites. Washington ne voulait pas perdre un allié important comme le Maroc.




Les États-Unis ont pesé de tout leur poids dans la décision de l’Espagne de changer de position sur le Sahara marocain, croit savoir El Espanol.

Ainsi, il semble que les États-Unis aient fait pression sur le Président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez pour d’abord renforcer la relation de l’Espagne avec le Royaume du Maroc pendant la crise diplomatique et ensuite, soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara sous souveraineté marocaine pour mettre fin à la crise.

Sans aucun doute, les accords d’Abraham et la (nouvelle) guerre froide entre Washington et Moscou au Moyen-Orient et au Maghreb, ont conduit au changement de position de l’Espagne sur le Sahara marocain.