Automobile: des entreprises quittent l’Ukraine pour le Maroc

Des entreprises du secteur automobile quittent l’Ukraine pour le Maroc




L’invasion russe en Ukraine pousse certaines entreprises de l’industrie automobile à quitter ce pays, qui était le centre de gravité du secteur en Europe, pour aller s’installer au Royaume du Maroc.

Des entreprises du secteur automobile basées en Ukraine ont commencé par quitter le pays au regard de la persistance de la crise avec la Russie, sans perspective de solution à court terme.

Le Royaume du Maroc est l’une de leur destination privilégiée en raison de sa solide base industrielle dans le secteur répartie à Kénitra (Rabat), à Casablanca et à Tanger, de sa main-d’œuvre qualifiée, des accords commerciaux préférentiels avec les États-Unis et l’Union européenne et des coûts bas de production, fait savoir Coche Global.

La multinationale irlandaise Aptiv, spécialisée dans les systèmes de câblage, fait partie de ces entreprises qui envisagent de quitter l’Ukraine pour s’installer au Royaume du Maroc.




Le démantèlement du site en Ukraine et le démarrage de la production sur le nouveau site au Maroc prendra au moins six semaines, selon l’entreprise.

De même, l’entreprise japonaise Sumitomo Electric Industries, spécialisée dans la fabrication de câbles et de fibres optiques pour véhicules, a décidé depuis mars de déplacer sa production de l’Ukraine vers le Maroc et la Roumanie.

Ces délocalisations vers le Royaume du Maroc renforcent la notoriété du Royaume du Maroc dans le secteur de l’automobile.

Quelque 250 entreprises du secteur automobile sont implantées au Royaume du Maroc, avec une capacité de production de 700 000 véhicules par an et quelque 220 000 emplois créés.

Les principales usines sont celles de Renault à Tanger, qui a démarré ses activités en 2012 et de Stellantis qui a démarré sa production en juin 2019.

Le royaume, en partenariat avec la société chinoise BYD, va aussi produire prochainement des véhicules électriques à Tanger.