Sahara marocain: l’Algérie réduit de 25% la quantité de gaz fournie à l’Espagne

Sahara marocain: l’Algérie réduit de 25% la quantité de gaz fournie à l’Espagne




L’Algérie a réduit la quantité de gaz naturel qu’elle fournit à l’Espagne via le gazoduc Medgaz d’environ 25% par rapport aux niveaux enregistrés à la mi-mars, selon les données de surveillance quotidiennes relevées par Enagás, la société d’énergie espagnole. Depuis le début de la crise ouverte après le changement de position de l’Espagne sur le Sahara marocain annoncé le 14 mars, l’Algérie a progressivement diminué la quantité de gaz fournie à l’Espagne. Entre le 7 et 9 avril, l’Algérie a envoyé entre 324,2 et 334,2 GWh/jour de gaz via le Medgaz, une quantité proche de celles enregistrées en janvier et février. Le 1ᵉʳ mai dernier, 234 GWh/jour de gaz sont arrivés en Espagne depuis l’Algérie, contre 312 GWh/jour enregistrés le 14 mars, fait savoir El Economista.




Cette quantité de gaz arrivée en Espagne au début de ce mois de mai, est inférieure à celle enregistrée au cours de la même période de 2021. Selon des sources du secteur, cette réduction de la quantité de gaz en provenance d’Algérie est due au flux normal de la demande, soulignant toutefois que le fait est inhabituel d’autant que la Commission européenne tente d’imposer des niveaux de stockage de 80 % à tous les pays de l’Europe. L’extension de la capacité de Medgaz, qui devait être finalisée depuis janvier, a été mise en veilleuse en raison des tensions entre les deux pays. Depuis la fermeture en octobre dernier du gazoduc Maghreb-Europe traversant le Royaume du Maroc, l’Algérie s’est engagée à continuer à satisfaire toute la demande espagnole en gaz via Medgaz.




Mais l’Algérie a menacé de rompre unilatéralement son contrat gazier avec l’Espagne si elle avait le malheur de fournir la moindre molécule de « gaz algérien » au Royaume du Maroc. L’Espagne a fini par réduire sa dépendance vis-à-vis de l’Algérie, faisant des États-Unis son premier fournisseur de gaz naturel liquéfié (GNL), avec 45% des importations totales contre seulement 22% pour l’Algérie. Par ailleurs, l’Espagne a accepté d’aider le Royaume du Maroc à acheminer du gaz vers son territoire via le gazoduc Maghreb-Europe en sens inverse. Il s’agit du gaz naturel liquéfié que le Royaume du Maroc veut acheter sur le marché international avant de le faire transformer dans des usines de re-gazéification situées en Espagne avant son envoi via ce gazoduc.