La célébration de la fête de l’indépendance d’Israël au Maroc fait polémique

La célébration de la fête de l’indépendance d’Israël au Maroc fait polémique




La célébration historique du jour de l’Indépendance d’Israël au Maroc n’est pas du goût du Groupe d’action national pour la Palestine.

Ce dernier met en garde l’État hébreu contre toute tentative de brouiller les frontières entre le judaïsme et le sionisme.

« L’agenda sioniste essaie de convertir ce qui reste de la communauté juive au Maroc au sionisme », a dénoncé Aziz Hanawi, secrétaire général du Groupe d’action national pour la Palestine, lors d’une conférence de presse animée à son siège à Rabat lundi 9 mai. Il a souligné que les Juifs du Maroc sont des citoyens marocains et qu’Israël devrait cesser de les traiter comme sa communauté étrangère.

« Le judaïsme n’est pas le sionisme », a martelé le militant antisioniste, qui a mis en garde Israël contre toute tentative de brouiller les frontières entre le judaïsme et l’idéologie du sionisme, deux différents concepts.




Le groupe a par ailleurs réitéré son opposition à la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu.

Cette sortie médiatique du groupe d’action national pour la Palestine intervient après la célébration historique du jour de l’Indépendance d’Israël à Marrakech par la communauté juive marocaine.

Une fête organisée en collaboration avec l’Organisation sioniste mondiale (WZO).

« L’État d’Israël est un miracle continu, a déclaré Neria Meir, chef du département des activités sionistes de WZO, qui est intervenu par visioconférence. Le fait que nous puissions célébrer l’indépendance d’Israël au Maroc prouve que le miracle de la renaissance trouve chaque année de nouvelles voies. »