Renault veut délaisser son usine en Algérie au profit de celle de Tanger

Renault veut délaisser son usine en Algérie au profit de celle de Tanger




Après avoir arrêté sa production en Russie, Renault est en passe de fermer son usine implantée près d’Oran en Algérie, qui tourne au ralenti depuis deux ans.

L’année dernière, le constructeur a transféré la production de la Dacia Logan de cette usine vers celle de Tanger au Maroc. Renault pourrait céder l’usine d’Oran, inaugurée en 2014, et où sont assemblés les modèles Dacia Logan 2 et Renault Symbol 2, Dacia Sandero 2 et Renault Clio 4 commercialisés en Algérie, indique la société Inovev, spécialisée dans l’industrie automobile, dans sa dernière analyse mensuelle.

Le site « ne répond plus aux objectifs du constructeur d’autant qu’il n’arrive plus à atteindre le niveau de production visé de 75 000 véhicules par an », explique Inovev cité par l’Argus.

Selon les données de Renault, seulement 754 véhicules ont été assemblés en 2020 sur ce site (173 Logan/Symbol 2, 354 Sandero 2 et 227 Clio 4) qui avait fermé ses portes pendant plus d’un an en raison de la crise sanitaire et d’événements politiques. L’usine d’Oran a repris progressivement ses activités en mai 2021 et a assemblé en tout 5 208 voitures (1 148 Logan, 2 808 Sandero et 1 252 Clio) l’année dernière, soit douze fois moins qu’en 2019.




« Les prévisions sur la période 2022-2030 sont très incertaines et il n’est pas sûr que Renault conserve cette usine », analyse Inovev qui a noté en 2021 un transfert de production de la Dacia Logan de l’usine d’Oran vers celle de Tanger au Maroc, dont la production est en nette progression (350 000 unités).

« Le sujet de l’Algérie n’est pas nouveau pour Renault mais l’intérêt de conserver cette usine se pose dans un contexte où le constructeur cherche à se refinancer », fait observer le cabinet spécialisé dans l’industrie automobile.

Pour sa part, Renaut assure qu’il n’envisage pas fermer cette usine pour le moment.

« La situation dure depuis un certain temps, effectivement les volumes assemblés sont toujours très bas, mais en aucun cas nous avons annoncé que nous allions quitter l’Algérie, qui reste un marché important pour Renault », a précisé le groupe français qui a commercialisé 5 109 voitures dans le pays en 2021, ce qui représente une part de marché de 20,6%.