Octopus Energy rejoint le projet du câble sous-marin Maroc/Royaume-Uni

Octopus Energy rejoint le projet de construction du câble sous-marin Maroc/Royaume-Uni




Le fournisseur britannique d’énergie renouvelable Octopus Energy s’intéresse au projet de construction du câble sous-marin de 3 800 km devant relier le Maroc au Royaume-Uni avant 2030. Dans ce sens, il a signé un partenariat financier et stratégique avec la société britannique Xlinks.

Un nouveau partenaire pour le projet Xlinks. Octopus Energy a annoncé avoir signé un partenariat financier et stratégique avec la société britannique Xlinks, sans toutefois fournir de plus amples informations, fait savoir Renewables Now.

Le fournisseur britannique d’énergie renouvelable a fait savoir que d’autres investissements sont en cours de discussion et que des droits de prélèvement pour Octopus sont envisagés.

« Les entreprises étudient en outre un accord pour utiliser la plate-forme technologique KrakenFlex d’Octopus afin d’augmenter la valeur pour les consommateurs et le potentiel d’alimenter des millions de pompes à chaleur avec de l’électricité verte bon marché », fait-on savoir.

« Passer au vert réduira les coûts énergétiques de la Grande-Bretagne.




Se libérer des combustibles fossiles volatils était déjà important pour aider à lutter contre le changement climatique, mais il est maintenant clair que nous devons le faire pour l’abordabilité et la sécurité », a commenté le fondateur d’Octopus Energy Group, Greg Jackson.

Le coût global du projet Xlinks s’élève à 16 milliards de livres sterling (21,9 milliards de dollars américains).

L’entreprise britannique construira une centrale électrique de 10,5 GW (7 GW pour le solaire, et 3,5 GW pour l’éolien) au Royaume du Maroc. Le câble de transmission sera composé de quatre câbles. Le premier câble sera actif au début de 2027, tandis que le reste devrait être lancé en 2029.

Mais ce méga-projet pourrait être réalisé plus tôt que prévu.

« Si le projet est lancé avant la fin cette année, l’électricité commencera à circuler en 2027 et le projet pourra tourner à son potentiel maximum en 2030 », avait déclaré Sir Dave Lewis, président de la société spécialisée en énergie propre Xlinks dans le « Business podcast » d’Ian King sur Sky News.