Sahara: l’Algérie porte de nouvelles accusations contre le Maroc

L’Algérie accuse le Maroc d’avoir «détourné» la réunion contre Daesh pour «vendre» sa solution au Sahara




L’Algérie a fini par réagir au succès du Maroc à rallier plusieurs États à sa proposition d’autonomie au Sahara occidental, lors de la réunion de la Coalition internationale contre Daesh.

Le ministère algérien des Affaires étrangères estime, dans un communiqué publié ce jeudi, que «la Conférence internationale pour la lutte contre le groupe terroriste Daech, qui vient de se tenir à Marrakech, a donné lieu à un vacarme de déclarations orchestrées par le pays-hôte qui s’est employé à faire dudit rassemblement un évènement consacré au Sahara occidental».

Le département que dirige Ramtane Lamamra dénonce un «exercice de vente» dans lequel «certains participants étrangers ont été entraînés», ce qui a «manifestement détourné la Conférence de son objet annoncé et l’a transformée en une tentative pernicieuse de donner une actualité artificielle à une formule morte à sa naissance même en 2007».




Le ministère algérien des Affaires étrangères souligne que «le fait pour la diplomatie marocaine de courir derrière le fantôme d’une fausse solution dite d’autonomie et de tenter de pervertir la lutte anti-terroriste globale en la mettant au service de calculs étroits et égoïstes ne sert aucunement les objectifs légitimes de la communauté internationale en la matière».

Et de conclure par inviter «les Nations unies et les États membres permanents du Conseil de sécurité à redoubler d’efforts pour promouvoir la décolonisation effective du Sahara occidental dans la transparence et la conformité au droit international».

Le communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères n’a pas proféré de menaces contre les pays ayant exprimé, pour la première fois, leurs soutiens à l’initiative marocaine d’autonomie au Sahara, à savoir les Pays-Bas et Chypre.