C’est parti pour le tri des déchets ménagers à Casablanca

C’est parti pour le tri des déchets ménagers à Casablanca




La maire de Casablanca a donné, jeudi 12 mai 2022, le coup d’envoi d’une opération pilote pour le tri à la source des déchets ménagers, en vue de la généralisation de cette démarche écologique, citoyenne et profitable à tous.

Une opération qui sera généralisée à l’ensemble de la métropole… dans un délai de six mois.

Dans la métropole tentaculaire, des bacs dédiés à cette opération commencent à être installés.

Le coup d’envoi de cette expérience pilote a été donné à Aïn Sebaâ, par la maire de la métropole, Nabila Rmili.

Une opération dans un premier temps à titre expérimental. «Pour le lancement de ce programme, nous avons choisi une résidence par arrondissement de la ville que nous avons doté de ces bacs dédiés au tri.

Chaque ménage aura ainsi deux bacs distincts, un réservés au déchets ménagers et une deuxième, offert par la ville, consacré aux plastiques, verre, carton et autres produits recyclables», a expliqué Nabila Rmili.




À Ain Sebaâ, la résidence concernée par ce projet-pilote est composée de 304 appartements. En plus de l’installation de ces bacs, l’opération est accompagnée par une campagne de sensibilisation des familles à l’importance du tri sélectif.

«L’opération sera généralisée dans un délai de six mois», a annoncé la maire, précisant qu’en plus de participer à un meilleur environnement, le tri sélectif permettra de générer des ressources supplémentaires pour la ville, par le recyclage de produits à valoriser.

Vice-maire de Casablanca en charge de la propreté, Moulay Ahmed Afilal a ajouté que tous les quartiers de la ville, les «populaires comme [les quartiers] riches» seront à terme concernés par cette démarche.

«La société délégataire en charge du ramassage des déchets s’est dans ce sens dotées d’unités de traitement des objets recyclables», a-t-il expliqué, précisant qu’«en parallèle, nous avons également entamé des campagnes de sensibilisation dans les écoles».

Une sensibilisation qui demeure le facteur-clé de la réussite de ce grand changement d’habitudes pour les Casablancais, de l’avis d’un habitant.