Maroc-Algérie: la crise s’intensifie

MAROC-ALGÉRIE : LA CRISE S’INTENSIFIE




La tension continue de monter entre le Royaume du Maroc et l’Algérie.

La question du Sahara marocain est au cœur de cette crise qui risque progressivement de dégénérer en conflit armé.

L’Algérie soutient le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » contre le Maroc dans le conflit au Sahara marocain.

Depuis des années, l’Algérie appelle à un référendum d’autodétermination alors que le Royaume du Maroc propose un plan d’autonomie de ce territoire.

L’Algérie est restée ferme sur sa position, malgré les soutiens des États-Unis, d’Israël, de l’Allemagne, de la France, et récemment de l’Espagne des Pays-bas, de la Turquie, etc. à la proposition marocaine.

Les deux pays s’affrontent aussi sur un autre terrain : la Kabylie. Le représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU a récemment appelé à l’autodétermination de cette région montagneuse située au nord-est de l’Algérie.

« Pourquoi l’Algérie ne permet-elle pas à la Kabylie de décider de son destin, de s’exprimer et de choisir librement son destin de la même manière que l’Algérie le demande pour les résidents (sahraouis) des camps de Tindouf ? », a déclaré le diplomate marocain.




Réagissant à ces propos, l’envoyé spécial algérien pour le Sahara, Amar Belani, a affirmé que le Maroc « tente lamentablement de semer la confusion dans l’opinion publique nationale et internationale.

Ceci en faisant une mauvaise comparaison avec le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, reconnue et légitimée au niveau international et par les résolutions de l’ONU ».

Et d’ajouter : « Des leaders de la guerre de libération nationale (contre la France) appartiennent à la région de Kabylie. L’Algérie est une et indivisible ».

Le diplomate algérien a ensuite qualifié les propos de son homologue marocain d’« irresponsables » et de « ridicules », déplorant par ailleurs que le Maroc continue de faire subir « les formes les plus graves de torture et d’humiliation » aux milliers de citoyens de la région marocaine du Rif. Des échanges qui risquent d’exacerber les tensions entre les deux pays.