Battu par un Israélien, un kickboxeur marocain refuse de lui serrer la main

BATTU PAR UN ISRAÉLIEN, UN KICKBOXEUR MAROCAIN REFUSE DE LUI SERRER LA MAIN




Un kickboxeur marocain a refusé de serrer la main à son adversaire israélien, Loai Sakas qui l’a battu en demi-finale du championnat du monde de kickboxing qui s’est déroulé en Turquie.

Celui-ci a remporté la médaille d’or dans la catégorie des moins de 75 kilos de style K-1. Le kickboxeur israélien Loai Sakas a exprimé sa joie de remporter une médaille d’or jeudi lors des championnats du monde en Turquie en s’enveloppant dans le drapeau israélien sur le ring. « Je suis d’abord et avant tout un citoyen israélien.

[…] Je ne me soucie pas du judaïsme, de l’islam, du christianisme ou des druzes – je représente le pays et je veux que tout le monde ici vive en paix les uns avec les autres », a-t-il déclaré dans une interview à Channel 12.

Cet Arabe chrétien de la ville de Kafr Yasif, dans le nord d’Israël se souviendra encore longtemps de sa participation à cette compétition.




Surtout l’incident qui l’a froissé. Loai a battu son adversaire marocain en demi-finale, mais celui-ci n’a pas fait preuve de fair-play. Il a refusé de lui serrer la main en signe de protestation.

« La délégation marocaine, avec son entourage, a également crié toutes sortes de choses pendant le combat et a fait une petite ‘manifestation’, mais je n’ai évidemment pas réagi », a dit le médaillé d’or.

« Je suis fier de notre équipe de kickboxing, des athlètes qui ont fait un travail remarquable et représenté l’État d’Israël avec beaucoup de fierté.

J’attends que les athlètes de tous les pays respectent notre équipe, et que les combats se terminent par une poignée de main systématique », a déclaré pour sa part Arik Kaplan, directeur de l’association israélienne de kickboxing.