Exercice militaire entre les forces royales air et l’armée de l’air française

EXERCICE MILITAIRE CONJOINT ENTRE LES FORCES ROYALES AIR ET L’ARMÉE DE L’AIR FRANÇAISE




L’exercice « Échange Air Maroc 2022 » entre les Mirage 2000 de l’armée de l’Air et de l’Espace et les Mirage F1 des Forces Royales Air a démarré lundi 16 mai 2022. Il vise notamment à renforcer la coopération aéronautique militaire entre les deux entités. « La 3ᵉ escadre de chasse de la BA133 de Nancy est au Maroc dix ans après le dernier exercice de l’armée de l’Air et de l’Espace au Maroc, en décembre 2012 », pour participer à l’exercice militaire conjoint « Échange Air Maroc 2022 » en cours et qui se poursuit jusqu’au 27 mai prochain, indique l’armée de l’Air et de l’Espace dans un communiqué publié sur son site internet. En tout, trois Mirage 2000D ont été déployés dans un détachement qui rassemble près de 80 Aviateurs de diverses spécialités.




Il s’agit de pilotes, de navigateurs officiers systèmes d’armes, de mécaniciens, de secrétaires, de commandos, de techniciens informatiques ou encore d’opérateurs renseignement. Déjà, plusieurs entraînements réalisés avec deux vagues de départs par jour pour renforcer l’inter-opérabilité entre l’aviation de chasse française et marocaine. « Le partage d’expérience est un point clef de cette mission lors des briefings et débriefings organisés au sein des locaux de l’escadre Mirage F1 de la base aérienne de Sidi Slimane. Si l’armée de l’Air et de l’Espace était venue y réaliser une campagne de tir il y a dix ans, il faut remonter à 2003 pour voir évoluer les avions de chasse français et marocains ensemble. Un retour historique », explique l’armée de l’air française.




L’exercice « Échange Air Maroc 2022 » présente des avantages aussi bien pour les Forces royales Air que pour l’armée de l’air française. Les pilotes marocains saisissent l’occasion pour passer leur qualification de chef de patrouille. « Cela nous permet de voler avec l’avion mythique qu’est le Mirage F1 en développant notre interopérabilité », déclare le commandant Nicolas, directeur de l’exercice français, précisant que les jeunes de l’escadre peuvent ainsi avoir une première approche du milieu africain désertique. « En plus, c’est génial de pouvoir voler avec le Mirage F1 que les Marocains nous ont fait voir de près. Je suis bluffé par le système qui a été modernisé à l’intérieur », ajoute le commandant Nicolas, directeur de l’exercice français.