Le Suriname ouvre un Consulat général à Dakhla

LE SURINAME OUVRE UN CONSULAT GÉNÉRAL À DAKHLA




La République du Suriname a décidé d’ouvrir jeudi 26 mai un Consulat général dans la ville de Dakhla et son ambassade à Rabat ce mercredi.

L’ouverture de ces deux représentations diplomatiques a été annoncée lors d’un point de presse conjoint du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et du ministre surinamais des Affaires étrangères, du Commerce et de la Coopération internationale, Albert Ramdin, à l’issue de leurs entretiens à Rabat.

Le Consulat général et l’ambassade du Suriname constitueront deux mécanismes de nature à consolider la coopération entre les deux pays et à insuffler une nouvelle dynamique aux relations bilatérales, a souligné Nasser Bourita.

Dans un communiqué conjoint publié à l’issue des entretiens entre les deux ministres, Albert Ramdin a exprimé le plein soutien de son pays au plan marocain d’autonomie en tant que base unique d’une solution politique au différend régional sur le Sahara marocain, dans le plein respect de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale du Maroc.




Le ministre surinamais des Affaires étrangères, du Commerce et de la Coopération internationale a réaffirmé la reconnaissance par la République du Suriname de la souveraineté du Royaume du Maroc sur l’ensemble de son territoire, y compris le Sahara marocain.

24 pays ont déjà ouvert des consulats dans les villes de Dakhla (12 pays) et de Laâyoune (12 pays).

Cette position du Suriname s’inscrit dans le cadre de l’élan de soutien à la cause nationale exprimé par plusieurs pays à travers le monde, notamment dans la région des Caraïbes.

Un total de 12 pays sur 14 de cette région ont changé leurs positions en faveur du Maroc au sujet de la question du Sahara marocain.

Au cours de ces entretiens, Nasser Bourita a informé Albert Ramdin des derniers développements de la question du Sahara et a souligné le soutien de la communauté internationale au plan marocain d’autonomie sous la souveraineté du Royaume du Maroc, comme base unique d’une solution politique consensuelle à ce différend régional.

Le responsable marocain a réitéré, à cet égard, l’attachement du Royaume du Maroc au processus politique en cours mené sous l’égide exclusive des Nations Unies.