Les violations des droits des enfants séquestrés à Tindouf mises à nu à Casablanca

LES GRAVES VIOLATIONS DES DROITS DES ENFANTS SÉQUESTRÉS DANS LES CAMPS DE TINDOUF MISES À NU À CASABLANCA




Les graves violations infligées par le polisario aux enfants séquestrés dans les camps de Tindouf en Algérie ont été mises à nu, à Casablanca, par le président de l’Observatoire du Sahara pour les richesses et les droits de l’Homme, M. Hafdi Mohamed El Bachir.

Intervenant lors d’une cérémonie organisée au complexe Moulay Rachid à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de l’enfant, M. Mohamed El Bachir a souligné que le groupe séparatiste inflige aux enfants séquestrés les formes les plus odieuses de violations de leurs droits (violence, exploitation, enrôlement forcé…), en flagrante violation de toutes les chartes internationales relatives aux droits de l’enfant.

Le front séparatiste arrache les enfants séquestrés à leurs parents et les envoie à l’étranger pour leur faire subir un lavage de cerveau et leur inculquer la haine et l’hostilité envers tout ce qui va à l’encontre de la doctrine séparatiste du front, tout en les privant de leur droit basique à l’éducation par peur qu’ils ne voient la réalité de la chimère séparatiste.




Le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » procède à un enrôlement forcé de ces enfants, en violation de toutes les chartes internationales qui sont relatives aux droits des enfants, notamment la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, la Charte africaine des droits et du bien être de l’enfant et le Statut de la Cour pénale internationale, a-t-il poursuivi.

Il a relevé que les enfants séquestrés peuvent également faire l’objet d’assassinats, de mutilation et de violences sexuelles de la part des milices polisariennes.

À cet égard, M. Hafdi Mohamed El Bachir a fait observer que la communauté internationale est unanime à classer le recrutement des enfants par des groupes armés “crime de guerre”, notant que le Conseil de sécurité de l’Onu a fermement condamné le recrutement et l’utilisation des enfants dans les conflits armés.




Le président de l’Observatoire du Sahara pour les richesses et les droits de l’Homme, M. Hafdi Mohamed El Bachir, a appelé à mettre un terme à ces pratiques.

Le groupe séparatiste documente, à travers des supports audiovisuels, les opérations de recrutement des enfants et leur incitation à la prise des armes, faisant ainsi fi et du Protocole additionnel à la convention de Genève de l’année 1977 et du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés de l’année 2000.

Organisé par l’Office marocain des droits de l’Homme et de la citoyenneté en coordination avec des organisations de la société civile et en partenariat avec l’arrondissement de Moulay Rachid sous le thème: “Droits de l’enfant: défis et contraintes”, a été ponctué d’interventions de nombre d’acteurs et défenseurs des droits de l’enfant.