Maroc-Israël: signature d’un mémorandum d’entente sur l’innovation et la recherche scientifique

MAROC-ISRAËL : SIGNATURE D’UN MÉMORANDUM D’ENTENTE SUR L’INNOVATION ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE




Le Royaume du Maroc et Israël ont signé, à Rabat, un mémorandum d’entente visant à renforcer la coopération bilatérale dans les domaines de l’innovation, de la recherche scientifique et de la technologie.

Le mémorandum a été signé lors d’une cérémonie présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, M. Abdellatif Miraoui, et la ministre israélienne de l’Innovation, de la science et de la technologie, Mme Orit Farkash-Hacohen.

Ce mémorandum d’entente vise à renforcer les relations bilatérales et à établir des liens de coopération entre les établissements universitaires marocains et leurs homologues israéliens dans les domaines scientifique et technologique, ainsi qu’à développer des programmes de recherche conjoints dans les secteurs prioritaires pour les deux pays.




M. Abdellatif Miraoui a mis en avant l’importance de ce mémorandum pour donner un nouvel élan aux relations de coopération bilatérale dans les domaines de la recherche scientifique et de l’innovation, à travers le rapprochement entre les établissements universitaires des deux pays, l’échange d’expertises et d’expériences et l’encouragement à la mobilité des étudiants et des chercheurs.

Cette initiative, a-t-il ajouté, est une opportunité pour développer des programmes de recherche scientifique dans des domaines d’intérêt commun, tels que l’énergie verte, l’agriculture durable, la santé et les industries modernes.
Pour sa part, Mme Orit Farkash-Hacohen a fait savoir que ce mémorandum, qui s’inscrit dans le cadre de la Déclaration conjointe du 22 décembre 2020, ouvre des perspectives prometteuses de coopération bilatérale.

«Nous œuvrerons ensemble à relever les défis communs dans plusieurs domaines, à travers la consolidation de la coopération dans les secteurs des énergies renouvelables, des sciences et des technologies de l’eau, outre les questions liées à la santé et au changement climatique», a-t-elle assuré.