Maroc-Tunisie-Japon: clôture du projet de valorisation des bio-ressources

MAROC-TUNISIE-JAPON : CLÔTURE DU PROJET DE VALORISATION DES BIO-RESSOURCES




Bio-ressources: selon la Convention sur la diversité biologique, les ressources biologiques sont l’ensemble des ressources génétiques, les organismes ou éléments de ceux-ci, les populations ou tout autre élément biotique des écosystèmes ayant une utilisation ou une valeur effective pour l’humanité.

Le séminaire de clôture du projet de recherches collaboratives et de coopération technique entre le Japon, le Royaume du Maroc et la Tunisie s’est tenu à l’Institut Hassan II d’agronomie et des sciences vétérinaires de Rabat.

Ce projet porte sur «la valorisation scientifique des ressources biologiques en zones arides et semi-arides pour la création d’une nouvelle industrie».

Financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et l’Agence japonaise de la science et de la technologie (JST), dans le cadre du programme du partenariat de recherches scientifiques et de technologies pour le développement durable (SATREPS), ce projet vise à établir des preuves scientifiques sur les valeurs médicinales et industrielles des bio-ressources spécifiques dans la région d’Afrique du Nord.




Le projet, dont le séminaire de clôture a été organisé par la JICA et l’Université de Tsukuba au Japon, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, a aussi pour but de développer des technologies scientifiques pour traiter, valoriser et promouvoir l’utilisation durable de ces bio-ressources, en particulier celles productrices d’huile telles que l’arganier et l’olivier.

Dans le cadre de ce projet, le directeur de l’enseignement, de la formation et de la recherche au ministère de l’Agriculture, Bilal Hajjouji, a fait savoir que les chercheurs marocains ont réalisé 60 publications et 80 communications aux congrès internationaux conjointement avec des chercheurs nippons.

De son côté, l’ambassadeur du Japon au Maroc, Hideaki Kuramitsu a relevé que le schéma d’assistance technique SATREPS, conçu par le Japon, représente une opportunité pour les chercheurs, de part et d’autre, d’inaugurer une nouvelle ère d’appropriation de la recherche pour des projets qui se faisaient jusque-là dans des laboratoires extérieurs.