La relation entre le Maroc et Israël obsède l’Algérie

LA RELATION ENTRE LE MAROC ET ISRAËL OBSÈDE L’ALGÉRIE




Le Maroc obsède les médias algériens au point d’inventer des histoires et de publier des fakes news. Israël est un sujet qui revient souvent dans les attaques algériennes visant le Maroc.

Alors que l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août dernier, les deux pays ne se parlent plus, et Alger refuse la médiation.

Et si les canaux de dialogue officiels sont rompus, cela traduisant une volonté de l’Algérie de couper complètement ses liens avec le royaume, il ne se passe pourtant pas un jour sans que l’agence de presse algérienne officielle ne mentionne le Maroc en le diffamant, en publiant de fausses informations ou encore en soutenant la milice séparatiste du polisario.

L’ingérence dans les affaires intérieures marocaines sont quotidiennes en Algérie. On lui reproche d’avoir des relations diplomatiques avec Israël, alors que celles-ci ne sont pas nouvelles, et que le Maroc est le seul pays arabe et musulman qui compte la plus large communauté de confession juive avec plus de 700.000 personnes.




L’Algérie critique cette alliance entre les deux pays en qualifiant notamment Israël de « l’entité sioniste » qui viendrait s’installer près de ses frontières pour créer un axe militaire « sioniste » supposément contre elle.

Et alors que les attaques ont fusé contre le Maroc, l’Algérie s’était également indignée que Rabat ait laissé le chef de la diplomatie israélienne faire des déclarations depuis le Maroc en mentionnant l’Algérie.

Les responsables algériens ont même mis dans la balance pour un possible retour des relations diplomatiques avec le Maroc une exigence liée à Israël, selon des médiateurs saoudiens ayant tenté de faire baisser la tension.

Alger aurait posé l’exigence que le Maroc n’ait aucune coopération sécuritaire ou militaire avec Israël. Dans une nouvelle attaque visant le Maroc, voulant semble-t-il créer l’illusion d’un désordre social, l’agence officielle algérienne APS, a repris des déclarations du président de l’Observatoire marocain anti-normalisation, Ahmed Ouihmane, pour les manipuler et prétendre que celles-ci auraient « enclenché le compte à rebours de l’effondrement du royaume ».




Ahmed Ouihmane aurait critiqué «la démarche du ministère de l’Enseignement supérieur, qui s’inscrit tout droit dans le processus de normalisation avec l’entité sioniste», et aurait ajouté que «les Marocains doivent prendre conscience de ce péril qui a, d’ores et déjà, enclenché le compte à rebours de l’effondrement du royaume, avec tout ce qu’il a de si précieux, son histoire et son honneur». 

Si les contestataires de la reprise des relations diplomatiques avec Israël existent au Maroc, ils sont minoritaires et ils ont le droit d’exprimer leurs opinions en toute liberté, contrairement à l’Algérie où la moindre forme de critique est réprimée avec force.

« Le front social bouillonne au Maroc. La hausse des prix des produits de première nécessité fait sortir dans la rue les Marocains qui, au passage, expriment leur rejet de la normalisation avec Israël », a écrit le journal électronique algérien TSA, en incluant toujours une mention à Israël.

La haine d’Israël en Algérie va plus loin encore, puisque le dernier Mundiavocat, une compétition de football entre avocats dans le monde qui s’est tenue au Royaume du Maroc a été boycottée par les avocats algériens à cause de la présence de confrères israéliens au sein de la compétition.