Maroc: le bracelet électronique comme alternative à la prison ?

MAROC : BIENTÔT LE BRACELET ÉLECTRONIQUE COMME ALTERNATIVE À LA PRISON ?




Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice propose le bracelet électronique comme alternative à la prison, notamment pour l’émission de chèques sans provision, la consommation de l’alcool, etc.

La dépénalisation de l’émission de chèques sans provision, de la consommation de l’alcool préoccupe Abdellatif Ouahbi.

Lors de sa participation à un séminaire organisé le 31 mai par la Fondation Lafquih Tetouani, il a relevé les contradictions existantes dans la pénalisation de certains délits comme la consommation de boissons alcoolisées, rapporte le quotidien arabophone Assabah.

Selon le ministre, il est aberrant d’interdire au Marocain de boire de l’alcool tout en lui demandant de payer la taxe sur sa consommation.

Abdellatif Ouahbi a donc proposé l’adoption du bracelet électronique comme alternative à la prison.




Ceci notamment pour les personnes et chefs d’entreprises condamnés pour l’émission de chèques sans provision, la consommation de l’alcool.

Il a étayé sa proposition par le fait que les personnes qui purgent une peine de deux ans, et moins, représentent 47% des condamnés alors que le Maroc cherche à en finir avec la surpopulation carcérale.

Le ministre a en outre proposé l’imposition des travaux d’intérêt général ou le bracelet électronique en lieu et place de l’emprisonnement des mineurs.

À préciser que l’avant-projet du nouveau Code pénal qui devra être promulgué prévoit de nouvelles mesures devant mettre fin à l’augmentation du nombre des personnes en détention préventive à travers la mise en place du bracelet électronique.