Des narcotrafiquants d’Amérique latine veulent inonder le Maroc de cocaïne

DES NARCOTRAFIQUANTS D’AMÉRIQUE LATINE VEULENT INONDER LE MAROC DE COCAÏNE




Des trafiquants internationaux d’Amérique du Sud cherchent désespérément à faire du Maroc et de l’Europe leurs marchés d’écoulement de la cocaïne.

Pour y arriver, ils comptent sur les narcotrafiquants marocains.

Les bateaux et les vedettes rapides en provenance de l’Amérique du Sud sont les moyens de transport utilisés par les réseaux de trafiquants de drogue pour acheminer la cocaïne près des côtes marocaines.

La finalité, c’est d’approvisionner les marchés européen et marocain.

Selon une source autorisée, le transport de la cocaïne via les vedettes est devenu un moyen pour troquer la drogue dure contre le cannabis, fait savoir le quotidien arabophone Assabah.

 Il ressort des investigations menées par les autorités espagnoles que le marché européen est dominé par des Marocains, dont la plupart ont la double nationalité, et que ceux-ci cherchent à tout prix à inonder les marchés marocains avec de la drogue dure.




Ces investigations se sont avérées fructueuses.

Ayant en leur possession une liste des plus importants réseaux de trafic de cocaïne dans la région, les autorités espagnoles ont réussi à intercepter des trafiquants dans les Îles Canaries qui se trouvaient à bord d’un bateau de pêche battant pavillon brésilien. 

L’équipage était sur le point de transborder sa cargaison de drogue dure à une autre embarcation amarrée près des côtes marocaines.

Des vedettes transportant de la cocaïne qui se dirigeaient vers le Royaume du Maroc avaient été aussi interceptées par la police nationale espagnole ainsi que la Guardia Civil.

À titre d’exemple, ces derniers ont intercepté une vedette où se trouvaient six Brésiliens et un Français d’origine marocaine.

Selon eux, le Franco-marocain serait un intermédiaire entre les réseaux de trafic de cocaïne en Amérique latine et qui aurait des liens avec les barons de la drogue à Nador et Driouch.