Céréales: le Maroc diversifie ses sources d’approvisionnement

CÉRÉALES: LE MAROC A OPTÉ POUR UNE STRATÉGIE DE DIVERSIFICATION DES SOURCES D’APPROVISIONNEMENT




À fin février dernier, le Royaume du Maroc a importé 41% de ses besoins nationaux en céréales du Brésil et de l’Argentine, ceci, dans un contexte très tendu des marchés internationaux.

Répondant à une question écrite au parlement sur les mesures supplémentaires prises par le gouvernement pour assurer l’approvisionnement du marché national en blé, le ministre de l’Agriculture, Mohamed Seddiki a indiqué qu’en raison de la poursuite de la guerre en Ukraine, le Maroc a opté pour une stratégie de diversification des sources d’approvisionnement afin d’éviter tous les facteurs qui pourraient affecter le marché national.

Le ministre de l’Agriculture a rappelé que le gouvernement avait « annulé les droits d’importation imposés sur les importations de blé dur à partir du 1ᵉʳ août 2021 », en plus « d’adopter une subvention sur les importations de blé tendre du 21 novembre jusqu’à la fin avril 2022, qui a été prolongée. »

Ainsi, malgré la sécheresse et les facteurs géopolitiques actuels, les importations du Royaume du Maroc ont été effectuées à partir de 15 pays contre 25 lors de la campagne précédente.

41% des importations jusqu’à fin février 2022 proviennent du Brésil et l’Argentine, a précisé le ministre de l’Agriculture Mohamed Seddiki.