Le Polisario menace encore l’Espagne

LE POLISARIO PROFÈRE DE NOUVELLES MENACES CONTRE L’ESPAGNE




La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles a qualifié, dans des déclarations à des médias, de «bonne décision pour l’Espagne et l’ensemble de la région méditerranéenne», le soutien du Président du gouvernement d’Espagne Pedro Sánchez au plan d’autonomie au Sahara marocain.

Des éloges qui ont poussé le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » à proférer de nouvelles menaces envers Madrid.

«La ministre Robles est très consciente, puisqu’elle occupe le portefeuille de la Défense, que la politique de complicité avec l’expansion, l’agression, l’annexion de territoires par la force et le mépris des frontières internationales reconnues, est une option aux conséquences dangereuses dans tous les domaines politiques, économiques et les aspects sécuritaires», souligne le Polisario dans un communiqué.




«La poursuite par l’État espagnol de la politique visant à se soustraire à ses obligations en tant que puissance administrante a échoué et conduira inévitablement à une détérioration continue de la situation générale au niveau des relations bilatérales entre les pays et les peuples des deux rives de la Méditerranée, ainsi qu’en matière de stabilité et de sécurité dans toute la région», indique le Front séparatiste armé Polisario dans un communiqué.

Ce n’est pas la première fois que le groupe séparatiste armé Polisario agite les «conséquences sécuritaires» de la décision du Président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, sur l’Espagne.

Par «conséquences sécuritaires», il faut comprendre menaces sur la sécurité dans le territoire espagnol…




Brahim Ghali, pseudo Président de la République arabe sahraouie démocratique, les a clairement exprimées, le 24 mai, dans une interview qu’il a accordé à la chaîne de télévision généraliste commerciale privée espagnole Telecinco.

«Vous avez des factures en attente, qu’un jour vous devrez payer», a-t-il menacé en s’adressent au peuple espagnol.

«Nous sommes à quelques kilomètres des Îles Canaries… la solution arrivera… le peuple sahraoui parviendra à ses objectifs.

C’est juste une question de temps», a déclaré de manière énigmatique le chef du groupe séparatiste armé Polisario.

Entre les années 70 et les années 80, le Front séparatiste armé Polisario avait mené des attentats contre des intérêts civils et militaires des Iles Canaries.