Des MRE spoliés lancent un appel au roi Mohammed VI

DES MRE SPOLIÉS LANCENT UN APPEL AU ROI MOHAMMED VI




Se trouvant dans une situation d’« extrême vulnérabilité », un collectif de victimes de spoliations immobilières et de détournement d’héritages appelle le roi Mohammed VI au secours.

« À ce jour, aucune victime n’a retrouvé ses droits. […] La justice est sciemment maintenue dans l’irrationnel absolu et le système dans son intégralité est paralysé par des pratiques inadmissibles », dénoncent les victimes de spoliations immobilières représentées par l’Association pour le Droit et la Justice au Maroc (ADJM) dans une correspondance adressée au souverain.

Parmi elles, des étrangers mais aussi des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Elles affirment avoir à plusieurs reprises alerté toutes les institutions et ministères susceptibles de leur venir en aide aux victimes afin d’éradiquer les spoliations et les détournements d’héritages.




Sans succès. Même les directives royales exprimées le 26 décembre 2016 « ne sont suivies d’aucun effet », regrettent les victimes.

« Le douloureux et amer constat qui s’impose, c’est qu’il est aujourd’hui totalement impossible aux victimes d’obtenir le respect de leurs droits malgré vos directives », signalent-elles au roi Mohammed VI. « À ce jour, la situation sur ce thème extrêmement grave reste inchangée

[…] La criminalité foncière et immobilière au travers de centaines de dossiers faisant des milliers de victimes dans tout le royaume et au-delà a des effets désastreux non seulement sur des citoyens et autres victimes trop souvent en situation de vulnérabilité, mais pèse aussi de tout son poids et terni l’image à l’international du Royaume tout entier ».




Selon le collectif de victimes de spoliations immobilières et de détournement d’héritages, le système judiciaire dans son intégralité a été « infiltré par des réseaux criminels » qui se seraient « implantés durablement dans toutes les institutions et administrations, rendant ainsi impossible à quiconque qui se heurte à ce fléau d’obtenir le respect fondamental et légitime du droit à la propriété ».

La loi (39/08 article 2) de 2011 est « destinée à favoriser les réseaux criminels plutôt que les victimes », critique-t-il.

Face à ce phénomène qui perdure, les victimes se tournent une fois de plus vers le roi Mohammed VI : « Vous êtes le seul et unique garant du respect fondamental de la justice pour tous, qu’ils soient citoyens, étrangers, ou résidents à l’étranger. »