Casablanca: un Nigérian arrêté pour traite d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle

CASABLANCA: UN NIGÉRIAN ARRÊTÉ POUR TRAITE D’ÊTRES HUMAINS À DES FINS D’EXPLOITATION SEXUELLE

La Brigade nationale de la police judiciaire, en coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), ont interpellé, dimanche soir, un ressortissant nigérian de 42 ans.




En séjour illégal au Royaume du Maroc, il est soupçonné d’être impliqué dans une affaire liée à l’organisation de l’immigration illégale et la traite d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, ainsi que d’atteinte aux systèmes de traitement électronique des données bancaires et leur utilisation pour détourner des fonds d’un établissement bancaire, outre la possession et l’utilisation de faux documents de voyage, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Le suspect a été interpellé à Casablanca sur la base d’un avis de recherche qui a été lancé à son encontre par les services de police judiciaire d’Oujda, après avoir été soupçonné d’être lié à l’activité d’un réseau criminel qui est impliqué dans l’accès frauduleux au système informatique d’un établissement bancaire, afin de transférer de l’argent, l’utiliser pour effectuer de faux virements et le retirer plus tard des agences commerciales de l’institution ciblée par cette supercherie, a précisé le communiqué.




Les diverses investigations qui ont été réalisées ont également montré l’implication du suspect dans l’organisation d’opérations d’immigration illégale vers des pays européens, ainsi que l’exploitation de candidates à cette activité criminelle au sein de réseaux de traite d’êtres humains et de proxénétisme et d’exploitation sexuelle.

L’opération de pointage du mis en cause dans la base de données de l’Organisation internationale de police criminelle (communément abrégée en « Interpol ») a révélé qu’il fait l’objet d’une notice rouge en vertu d’une demande qui a été émise par les autorités espagnoles en avril 2022.

Les autorités espagnoles ont émis cette demande de notice rouge pour l’implication présumée du ressortissant nigérian de 42 ans dans l’activité d’un réseau criminel opérant dans l’organisation de l’immigration illégale et le trafic d’êtres humains, a noté le communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale.