Le Maroc refuse d’extrader en France le baron de la drogue Sofiane Hambli

LE MAROC REFUSE L’EXTRADITION EN FRANCE DU BARON DE LA DROGUE SOFIANE HAMBLI

Le Royaume du Maroc a refusé la remise temporaire du baron de la drogue Sofiane Hambli arrêté en octobre 2021 dans une clinique de Tanger à la France. Par conséquent, son procès qui devait s’ouvrir le 7 juin a été reporté au 9 décembre.




Attendu en France pour comparaître du 7 au 10 juin devant la 13ᵉ chambre du tribunal correctionnel de Bobigny, en compagnie d’une dizaine de prévenus, pour des faits de « tentative d’importation non autorisée de stupéfiants » et « participation à une association de malfaiteurs », Sofiane Hambli est toujours en prison au Royaume du Maroc, fait savoir L’Obs.

Les autorités marocaines n’ont pas donné une suite favorable à la demande de remise temporaire du baron de la drogue « pour une durée de 6 mois du 7 juin 2022 au 7 décembre 2022 […] et ce, afin de permettre son jugement et l’éventuel appel de ce jugement ».

Une demande adressée par le procureur de la République de Bobigny, Eric Mathais, le 26 avril.




Dans une correspondance adressée à l’ambassade de France à Rabat, le ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger justifie la décision: « Sofiane Hambli fait l’objet de plusieurs poursuites devant la justice marocaine.

Aussi, les autorités marocaines émettent une réserve sur la demande d’extradition provisoire en raison de la gravité des crimes commis et la dangerosité de l’auteur ».

« Les autorités françaises s’engagent également par la présente demande à (ré)extrader l’intéressé vers le Maroc à l’issue de cette période, pour y poursuivre l’exécution des procédures le concernant », a précisé le procureur dans sa demande.

Mais la procédure d’extradition de Sofiane Hambli pourrait s’avérer longue et complexe.




Après son arrestation dans une clinique de Tanger, il a été auditionné dans les locaux de la Brigade nationale de la Police judiciaire (BNPJ) à Casablanca dans le cadre d’une enquête sur une affaire de trafic international de drogue, de contrebande, d’enlèvement et de détention, ont rapporté des médias marocains.

Le Franco-algérien serait le commanditaire de l’enlèvement de Moufide Bouchibi, son associé devenu rival.

Il serait également impliqué dans d’autres affaires.

Selon une source proche du dossier, ce n’est « pas sûr qu’on revoie de sitôt Sophiane Hambli en France », ses avocats français ne connaissant pas le contenu des procédures marocaines le visant.