Jeux méditerranéens d’Oran: l’Algérie renvoie la délégation de presse marocaine

JEUX MÉDITERRANÉENS : LES AUTORITÉS ALGÉRIENNES RENVOIENT LA DÉLÉGATION DE PRESSE MAROCAINE

L’Alliance marocaine des journalistes sportifs (AMJS) a exprimé “son grand étonnement et son profond mécontentement, face au traitement incompréhensible et inacceptable” des autorités algériennes réservé à la délégation médiatique marocaine accréditée pour couvrir les 19èmes Jeux Méditerranéens, prévus du 25 juin au 6 juillet prochain.





Dans un communiqué, l’Alliance marocaine des journalistes sportifs a indiqué que les autorités algériennes “n’ont pas autorisé, depuis mercredi et jusqu’à jeudi 14h00, à la délégation médiatique marocaine d’accéder au territoire algérien pour accomplir sa mission”, ajoutant que “la délégation marocaine a été contrainte de passer la nuit à l’aéroport, une situation qui a impacté un confrère victime d’un malaise nécessitant une intervention médicale”.

L’Alliance marocaine des journalistes sportifs a souligné que “malgré les démarches sérieuses et les efforts intensifs déployés par le Comité national olympique marocain et le Consulat du Maroc à Oran, pour faciliter les procédures d’accès de la délégation médiatique marocaine.




C’est avec grand regret que celle-ci n’a pas reçu la réponse requise et nécessaire de la part des autorités concernées, en particulier du comité d’organisation des Jeux Méditerranéens et des autorités locales algériennes qui se sont comportés avec négligence et indifférence”.

De ce fait, l’Alliance marocaine des journalistes sportifs a appelé “les autorités algériennes compétentes et le comité d’organisation des Jeux Méditerranéens, d’être prévoyants et raisonnables et d’intervenir rapidement pour faciliter l’entrée de la délégation médiatique marocaine à Oran, et d’assurer sa sécurité”.

L’Alliance marocaine des journalistes sportifs a souligné qu’elle “se réserve le droit de prendre tout ce qu’elle jugera approprié et nécessaire pour défendre les droits de la délégation marocaine auprès de toutes les autorités compétentes”.




Jeux méditerranéens (Oran 2022): l’Association marocaine de la presse sportive (AMPS) condamne la décision des autorités algériennes d’empêcher la délégation médiatique marocaine d’accéder à son territoire pour couvrir les 19èmes Jeux Méditerranéens

L’Association marocaine de la presse sportive a également condamné la décision des autorités algériennes d’empêcher la délégation des médias marocains d’entrer sur son territoire pour couvrir la 19ème édition des Jeux méditerranéens, prévus à Oran du 25 juin au 6 juillet.





“L’Association marocaine de la presse sportive est choquée d’apprendre que la délégation médiatique accompagnant le contingent sportif marocain a été interdite d’entrer sur le sol algérien, via l’aéroport d’Oran, où elle est arrivée mercredi soir” pour couvrir la 19ème édition des Jeux méditerranéens qui sont prévus à Oran du 25 juin au 6 juillet, écrit l’instance médiatique sportive dans un communiqué.

Après avoir fustigé “cette position qui fait fi des conventions internationales des médias et qui entrave le droit des journalistes d’exercer leur devoir professionnel”, l’Association marocaine de la presse sportive exhorte “toutes les institutions internationales et continentales de tutelle de mener une action d’urgence afin de protéger la délégation médiatique marocaine.




La délégation médiatique marocaine est bloquée à l’aéroport international d’Oran”.

L’Association marocaine de la presse sportive a noté qu’en dépit des efforts déployés par les représentants du Comité national olympique marocain, les membres du Consulat général du Maroc à Oran et les membres du Comité International des Jeux Méditerranéens, “la délégation des médias marocains a dû passer la nuit à l’aéroport dans des conditions extrêmement déplorables”.

Bien que les membres de la délégation aient attendu “que les procédures soient achevées jeudi matin, les autorités de l’aéroport d’Oran ont refusé de permettre à la délégation des médias marocains d’entrer sur le sol algérien pour exercer son devoir journalistique, déplore l’Association marocaine de la presse sportive.