L’Algérie réagit au prolongement d’African Lion 2022 au Sahara marocain

RÉACTION DE L’ALGÉRIE SUR LE PROLONGEMENT D’AFRICAN LION AU SAHARA MAROCAIN

Amar Belani, l’envoyé spécial chargé du dossier du Sahara occidental et des pays du Maghreb au ministère algérien des Affaires étrangères, a réagi au prolongement de l’exercice militaire maroco-américain African Lion 2022 à la ville de Mahbès, une ville du Sahara marocain.




Lancé par le commandement américain pour l’Afrique lundi 20 juin au Maroc, l’exercice militaire maroco-américain se déroule à Kénitra, à Agadir, à Taroudant, à Tan-Tan et à Mahbès, une ville du Sahara marocain.

Seulement, son prolongement au Sahara marocain fait l’objet de polémique chez le voisin de l’Est.

Amar Belani, l’envoyé spécial chargé du dossier du Sahara occidental et des pays du Maghreb au ministère algérien des Affaires étrangères dénonce une « manipulation grossière concoctée » par le Royaume du Maroc, rapporte le média algérien TSA.

« Nous savons avec certitude que pas un seul soldat américain ne mettra les pieds en territoire sahraoui occupé », a-t-il dit, faisant savoir que des contacts officiels ont été établis par l’Algérie avec les autorités américaines.

« Par contre, […] le  »makhzen » (le Maroc, NDLR) organisera pour ses propres troupes une partie de l’exercice en territoire sahraoui.




Ceci pour prétendre mensongèrement que les manœuvres couvrent le territoire du Sahara occidental […] », a ajouté Amar Belani, l’envoyé spécial chargé du dossier du Sahara occidental et des pays du Maghreb au ministère algérien des Affaires étrangères.

Depuis le 24 août 2021, l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc.

Le 22 septembre de la même année, elle a fermé son espace aérien aux avions marocains militaires et aux avions marocains civils et à tous les avions ayant un numéro d’immatriculation marocain.

L’un des points de friction entre Rabat et Alger demeure le Sahara marocain.

Alors que le Royaume du Maroc propose un plan d’autonomie pour la résolution de ce différend artificiel autour du Sahara marocain, le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario », protégé de l’Algérie, continue de revendiquer l’indépendance du territoire marocain.