Témara: des MRE arnaqués dans une opération immobilière

TÉMARA: DES MRE ARNAQUÉS DANS UNE OPÉRATION IMMOBILIÈRE

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ainsi que des Marocains résidant dans le Royaume du Maroc ont été victimes d’une arnaque immobilière à Témara orchestrée par l’Amicale d’habitation “Nezha”. Ils ont déposé plainte pour escroquerie et abus de confiance contre l’association.




Encore une nouvelle arnaque immobilière. Alors qu’ils se sont acquittés de tous leurs dus et devaient bénéficier d’un appartement, plus de 100 adhérents de l’Amicale d’habitation “Nezha” se rendent compte qu’ils ont été victimes d’une arnaque immobilière.

Ils ont découvert que le bureau de l’association a construit, indûment, deux résidences supplémentaires, vendu des locaux commerciaux et acheté des terrains de plusieurs hectares dans la préfecture de Skhirat et la commune d’Ain Atik avec leur argent sans les informer, rapporte le quotidien arabophone Assabah.

Les victimes ont alors porté une plainte auprès du procureur du roi près du tribunal de première instance dans laquelle ils accusent le bureau dirigeant d’escroquerie et d’abus de confiance.

Ce dernier a « falsifié le statut en y apportant des amendements dans le procès-verbal d’une pseudo-assemblée générale extraordinaire.




C’est ainsi que le bureau a changé les dispositions de l’article 18 qui stipule qu’en cas de nécessité il est possible de tenir une assemblée générale extraordinaire consacrée exclusivement à la question à caractère d’urgence », dénoncent les victimes, précisant qu’ils n’ont pas été convoqués à ces assises qui ont lieu le 26 août 2020.

Les plaignants dénoncent en outre le fait que le bureau ait pris des décisions “graves” en approuvant les rapports moral et financier, ainsi que la démission de ses membres tout en les faisant bénéficier d’une décharge de responsabilité, afin de se prémunir contre toute obligation ou action en justice.

Selon eux, le président de l’Amicale aurait usé d’escroquerie et de chantage dans la gestion financière des biens communs de l’association.