Piqûres de scorpion-morsures de serpent: le Maroc renforce son dispositif préventif

PIQÛRES DE SCORPION ET MORSURES DE SERPENT : LE MAROC RENFORCE SON DISPOSITIF PRÉVENTIF

Pour prévenir les décès liés aux piqûres de scorpions et aux morsures de serpents, le ministère de la Santé et de la Protection sociale (le département ministériel du gouvernement marocain chargé de veiller au bon fonctionnement du système de la santé publique à travers le Maroc) a pris une série de mesures, notamment la distribution de sérums anti-venins aux différentes structures hospitalières du Royaume du Maroc.




La saison estivale au Royaume du Maroc est connue pour une augmentation des risques de ces piqûres de scorpions et morsures de serpents dans certaines régions, notamment dans les zones rurales.

Chaque année, le Royaume du Maroc enregistre plusieurs cas d’empoisonnement par piqûres de scorpions et morsures de serpents.

Selon les spécialistes, le seul moyen de faire face à ce fléau, outre la sensibilisation, est d’augmenter la production de sérums et d’antidotes; il faut également développer la recherche scientifique dans ce domaine.

Naïma Ghalem, responsable de la vigilance anti-poison au Centre national antipoison et de pharmacovigilance, affilié au ministère de la Santé, a été interpellée sur le sujet par la SNRT (Société nationale de radiodiffusion et de télévision).




Naïma Ghalem a expliqué que tous les centres hospitaliers qui sont concernés par le traitement de ces poisons ont été dotés des médicaments et des équipements nécessaires.

Plus précisément, 600 antidotes anti-morsures de serpents ont été distribués à tous les hôpitaux.

À cela s’ajoute 1200 à 1500 sachets de médicaments qui sont utilisés dans le traitement des piqûres de scorpions, en plus des médicaments qui sont destinés à la prise en charge dans les services de réanimation, a souligné responsable de la vigilance anti-poison au Centre national antipoison et de pharmacovigilance, affilié au ministère de la Santé, Naïma Ghalem.