Aïd al-Adha: des moutons engraissés avec de la fiente de volaille

AÏD AL-ADHA : DES MOUTONS ENGRAISSÉS AVEC DE LA FIENTE DE VOLAILLE

À l’approche de l’Aid Al Ahda, les autorités multiplient les contrôles sanitaires pour animaux, notamment l’alimentation des ovins qui sont destinés au sacrifice.




Ces opérations menées par une équipe de la Commission mixte formée de vétérinaires de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) et de représentants des autorités locales ont permis de saisir sur une importante quantité de fientes appartenant à un éleveur originaire de la province de Khénifra, rapporte le journal arabophone Al Ahdath Al Maghribiya.

À cela s’ajoutent quarante-deux moutons suspectés d’avoir été engraissés par les déjections de volailles qui ont été également saisis, indique un communiqué de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires, soulignant que les fientes ont été détruites tandis que le parquet a ouvert une enquête à l’encontre de l’éleveur de ces bêtes.

Il est à rappeler qu’à partir du 1ᵉʳ juin et ce, jusqu’au 15 juillet 2022, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires a interdit la circulation des fientes, afin de prévenir toute utilisation frauduleuse notamment pour l’engraissement des ovins et des caprins destinés à Aïd Al Adha.




La fiente de volaille comme complémentation alimentaire

L’observation des animaux permet de déceler certaines habitudes que nous ignorons totalement de leur mode d’alimentation. C’est le cas de la consommation des fientes par les ruminants et les monogastriques comme le porc. Les déchets d’animaux peuvent représenter un vaste réservoir d’éléments nutritifs, surtout pour les ruminants. Dans la plupart des pays, les excréments et particulièrement ceux de la volaille, sont facilement «collectables».

L’idée de recycler les fientes de volailles dans l’alimentation des animaux est relativement récente. Les fientes peuvent être utilisées comme source de protéines et de minéraux. Elles sont composées de résidus indigestibles de la ration, de composés métaboliques d’origine endogène et de cellules et microorganismes du tractus digestif de la volaille. Leur composition chimique varie selon la composition de la ration, le gaspillage de l’aliment et la quantité de plumes qu’elles contiennent, ainsi que de l’environnement. Les fientes «fraîches» ont une teneur en matière sèche (MS) de 13 à 26% et en matières azotées totales (MAT) de 20 à 45% dont 24 à 41% sont sous la forme d’acides aminés.




Les fientes sont très riches en minéraux, et en particulier en calcium et en phosphore, respectivement 1,9 et 1,7% de la MS des fientes de poulets et 7,5 et 2,6% de la MS des fientes de pondeuses. La décomposition rapide de la matière organique (MO) des fientes est sous l’influence directe de l’environnement, surtout l’humidité et les températures élevées. Ces dernières activent la vitesse de dégradation enzymatique de l’acide urique et de l’urée en ammoniac.

Les fientes devront donc être traitées rapidement pour éviter leur décomposition rapide et la méthode la plus simple est le séchage pour les petites exploitations.

Le recyclage de la fiente

La fiente de volaille destinée à être réutilisée dans les rations aliments des ruminants doivent avoir un traitement particulier afin de faciliter la collecte et le séchage. Ce recyclage n’a de l’importance que ceux qui élèvent au moins des volailles et des ruminants. Pour les petites exploitations, il faudrait avoir un bâtiment ayant un sol cimenté, assez lisse qui permet de faire la collecte des déchets et qui facilite le nettoyage à fond. Au préalable, c’est de disposer une matière qui puisse être utilisée comme support qui sèche rapidement sur lequel la volaille pourrait faire les déjections.